GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le président autrichien, Alexander Van der Bellen, issu du parti écologiste, avait remporté le scrutin du 22 mai dernier avec 50,3% des suffrages. Seulement 31 026 votes le séparaient de son concurrent, le candidat du FPÖ (extrême droite) Norbert Hofer. La Cour pointe des irrégularités dans le dépouillement de certains suffrages. Cette décision sans précédent, qui valide le recours déposé par le FPÖ de M. Hofer, ouvre la voie à un nouveau scrutin, sans doute à l'automne.

    Moyen-Orient

    Syrie: poursuite des négociations à Genève via des pourparlers indirects

    media Staffan de Mistura, l’émissaire de l’ONU pour la Syrie négocie par le biais des pourparlers indirects. REUTERS/Ruben Sprich

    Les négociations sur la Syrie se poursuivent à Genève. Mercredi matin 16 mars, Staffan de Mistura doit de nouveau rencontrer la délégation du gouvernement, après avoir rencontré mardi, pour la première fois depuis le coup d’envoi de ces pourparlers, la délégation de l’opposition syrienne.

    Avec notre envoyé spécial à Genève,  Daniel Vallot

    C’est la méthode défendue par l’émissaire de l’ONU pour la Syrie : des pourparlers indirects, sans contacts entre les négociateurs. A charge pour Staffan de Mistura de faire le lien entre la délégation de l’opposition et celle du régime. Pour l’heure, la méthode fonctionne, avec il est vrai un contexte favorable, aux yeux du diplomate onusien.

    Pour Staffan de Mistura, l’annonce par la Russie de son retrait de Syrie ne pourra jouer qu’un rôle positif sur les négociations : « Nous considérons que c’est un développement très important, et j’insiste sur ce terme. Et à présent, nous espérons que cette décision aura une influence positive sur l’évolution des pourparlers. Ce n’est pas une coïncidence, du moins nous ne devons pas considérer cela comme une coïncidence, si cette décision intervient au tout début de ces négociations inter-syriennes. »

    De son côté, l’opposition syrienne espère elle aussi que le retrait russe aura un impact sur les pourparlers de Genève. Comme l’avait fait lundi la délégation du gouvernement syrien, elle a présenté mardi une série de propositions écrite pour un règlement politique du conflit. « Nous avons l'intention d'aller vite, déclarait Basma Kodmani, au nom de l’opposition syrienne, car nous sommes venus ici à Genève pour mettre fin au calvaire du peuple syrien. »

    Nous avons transmis à monsieur de Mistura un document comprenant les principes généraux qui doivent, à notre sens, guider le processus de transition...
    Basma Kodmani 15/03/2016 - par Daniel Vallot Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.