GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: le retrait russe est «très limité» selon les Etats-Unis

    media Une image du ministère de la Défense russe, datée du 11 février 2016, montre les bombardements de l'armée russe en Syrie. REUTERS/Ministry of Defence of the Russian Federation

    Quarante-huit heures après l’annonce par le président russe Vladimir Poutine, à la surprise générale, d’un rapatriement du gros de ses forces de Syrie, les Etats-Unis ont affirmé mercredi 16 mars que le retrait restait pour l'instant « très limité ». Un porte-parole militaire américain basé à Bagdad a estimé que seulement « huit à dix avions de combat russes ont regagné la Russie ». Le colonel Steve Warren a aussi fait état de « quelques indications » que des « petites » unités terrestres russes sont en train de « faire leurs bagages ».

    Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

    Selon le colonel Steve Warren, « la capacité de combat des forces russes au sol reste statique, alors que leur capacité aérienne a été légèrement réduite ». Ces précisions américaines interviennent alors que l’aviation russe est entrée en action à plusieurs reprises, ces dernières 48 heures, sur divers fronts pour soutenir l’armée syrienne contre le groupe Etat islamique.

    Les combats les plus violents se sont déroulés à quelques kilomètres seulement de la ville de Palmyre, dans le centre de la Syrie. Le groupe Etat islamique a lancé une contre-attaque pour tenter de reprendre les collines de Hayal, conquises mardi 15 mars par les troupes gouvernementales. Ces hauteurs, qui culminent à 900 mètres d’altitude, surplombent la cité antique, contrôlée par les jihadistes depuis le printemps 2015.

    Aussi bien lors de l’offensive syrienne que pendant la contre-attaque jihadiste, des avions et des hélicoptères russes ont épaulé l’armée gouvernementale, en menant pas moins de vingt-cinq raids, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Les appareils russes ont également assuré une couverture aérienne à l’armée syrienne, qui a opéré une percée dans la province de Deir Ezzor, à l’est, en grande partie contrôlée par le groupe EI. Les troupes gouvernementales ont progressé vers le champ pétrolier d’Al-Teim, l’un des plus importants de Syrie. En revanche, aucune activité aérienne n’a été enregistrée dans les zones qui échappent au contrôle des jihadistes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.