GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Aujourd'hui
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Plus de 100 morts dans des frappes au Yémen, en proie à une crise humanitaire

    media Une femme porte des bidons pour les remplir d'eau, à Sanaa, le 7 mars 2016. REUTERS/Khaled Abdullah

    Des avions de chasse de la coalition arabe emmenée par l'Arabie saoudite au Yémen ont bombardé la ville de Hajja au nord de Sanaa, la capitale, ce jeudi 17 mars. Le bilan est lourd : 119 morts parmi lesquels 22 enfants. Les frappes ont visé un marché, dans ce pays déjà en proie à la guerre que se livrent rebelles houthis et forces loyalistes du président Abd Rabbo Mansour Hadi.

    Depuis le début de l’intervention de la coalition arabe sous commandement saoudien, il y a quasiment un an, c’est la première fois que le bilan est aussi macabre. La coalition arabe affirme intervenir au Yémen pour aider l’armée gouvernementale à reprendre les territoires conquis par les rebelles houthis depuis 2014.

    Dans cette mission, rien ne semble pouvoir arrêter la machine de guerre saoudienne. Régulièrement, des écoles, des hôpitaux, des zones d’habitation sont bombardés. L’Arabie Saoudite est déterminée. La rébellion houthie soupçonnée de liens avec l’Iran, doit être anéantie selon Riyad. Encore une fois le sort des civils ne semble pas au cœur des préoccupations saoudiennes.

    En plus des frappes aériennes, le Yémen et sa population ont été soumis à l’embargo, un double blocus aérien et maritime officiellement pour couper les routes d’approvisionnement en armes des houthis. Mais dans les faits, le pays est privé de nourriture et de médicaments et ne survit que grâce à l’aide humanitaire qui arrive au compte-goutte.

    On court à la catastrophe, avec plusieurs milliers de personnes aujourd'hui qui sont exposées à la mort...
    Dr Jean-François Corty Président de Médecins du Monde 18/03/2016 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.