GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Liban: 8000 tonnes de déchets ramassés après 8 mois de crise

    media Les tonnes de déchets qui s'amoncellent depuis l'été dernier au Liban ont commencé à être enlevés le 19 mars 2016. REUTERS/Mohamed Azakir

    Au Liban, le ramassage des ordures ménagères a enfin repris après l’adoption, par le gouvernement, d’un plan controversé. Mais des incidents ont émaillé la reprise de ce service, suspendu depuis huit mois. Plusieurs camions-bennes ont été attaqués par des groupe de jeunes en colère.

    Avec notre correpondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Les habitants de Beyrouth peuvent enfin respirer, dans le vrai sens du terme. Le ramassage des ordures ménagères, qui envahissent la capitale depuis 8 mois, a commencé. Ces deux derniers jours, 8 000 tonnes de déchets ont été transportés dans une décharge, située à 20 kilomètres de Beyrouth. Mais le ramassage de 400 000 tonnes de poubelles prendra des jours, voire des semaines. 

    Le plan proposé par le gouvernement pour dénouer cette crise ne fait pas l’unanimité. Les militants de la société civile dénoncent des mesures non écologiques, basées in fine sur l’incinération. Ils regrettent aussi la marginalisation des municipalités dans ce processus et le maintien du monopole du ramassage et du transport, confiés à la même société depuis plus de 20 ans.

    Signe de la colère des militants, deux camions-bennes de la société Sukleen, qui transportaient des déchets, ont été attaqués, lundi 21 mars à l’aube, dans la ville de Saïda, à 40 kilomètres au sud de Beyrouth. Dimanche, un groupe de jeunes a mis le feu a un autre véhicule, pour dénoncer la réouverture des décharges. Mais Sukleen a annoncé la poursuite du ramassage, qui se déroule sous haute protection policière.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.