GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Caraïbes: l'ouragan Matthew passe en catégorie 5 (service météo)
    Moyen-Orient

    Syrie: à Genève, pour le régime, il est «exclu» que Bachar el-Assad parte

    media Le représentant du régime de Damas, Bachar Jaafari, avec des membres de sa délégation, ce lundi 21 mars 2016, au bureau des Nations unies à Genève, pour un nouveau round des pourparlers de paix. FABRICE COFFRINI / AFP

    La trêve entrée en vigueur en Syrie fin-février ne concerne pas les zones tenues par le groupe Etat islamique (EI). Et de fait, de violents combats ont lieu depuis plusieurs jours dans la région de Palmyre, célèbre pour sa cité antique. Selon l'Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), 26 soldats syriens y ont été tués ce lundi 21 mars par les jihadistes. Au même moment, les discussions de paix inter-syriennes se poursuivent à Genève avec des blocages qui demeurent puisque selon le représentant du régime de Damas il est « exclu » de discuter du sort de Bachar el-Assad lors des pourparlers avec l'opposition.

    « Le président Assad n'a rien à voir avec les discussions syriennes. C'est exclu », a asséné Bachar al-Jaafari. Pas la moindre inflexion dans les propos du représentant du régime de Damas pour ces pourparlers de paix.

    Selon l'ONU, à Genève, les délégations ennemies syriennes sont bien censées discuter d'une « transition politique » devant mener à des « élections dans les 18 mois », mais c'est l'interprétation qui diffère : pour l'opposition, Bachar el-Assad doit partir ; pour le régime, il n'en est pas question.

    Dans cette intransigeance, le pouvoir de Damas reste soutenu par ses alliés iraniens et russes. Même si Moscou a annoncé la semaine dernière le retrait de la plupart de ses forces déployées en Syrie, des avions russes continuent d'opérer dans le ciel du pays, concentrant désormais leurs frappes sur des zones emblématiques tenues par le groupe Etat islamique, Raqqa et Palmyre.

    En s'affichant désormais en première ligne du combat contre l'organisation jihadiste, l'axe Damas-Moscou-Téhéran espère probablement renforcer encore sa position dans les discussions sur l'avenir de la Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.