GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 1 Juin
Jeudi 2 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Edition spéciale (5h-7h TU) : les réactions en Afrique avec nos correspondants, décryptage et analyse avec la rédaction de RFI et ses invités

    Amériques

    Brésil: menacée de destitution, Dilma Rousseff dénonce un «coup d'Etat»

    media Dilma Rousseff à Brasilia, le 4 mars 2016. REUTERS/Ueslei Marcelino

    Une vaste opération de police dans le cadre l'enquête sur l'affaire Petrobras a débouché sur des dizaines d'arrestations et de placements en détention mardi au Brésil. Dans le viseur, le groupe de BTP Odebrecht. Omniprésent dans le pays, il est notamment en charge de plusieurs chantiers majeurs pour les Jeux olympiques d'août prochain à Rio de Janeiro. L’entreprise aurait largement collaboré avec le système de corruption Petrobras. Une affaire qui se rapproche chaque jour davantage de la présidente Dilma Rousseff, au cœur d'une crise politique sans précédent.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

    Au petit matin mardi, dans tout le pays, près de 400 policiers ont procédé à une centaine de perquisitions et plusieurs dizaines d'interpellations. C'est l'entreprise Odebrecht qui était visée, l'un des plus grands groupes de BTP du Brésil, largement impliqué dans le scandale de corruption Petrobras.

    Le procureur en charge de l'enquête affirme qu'Odebrecht avait mis en place un « système professionnel de paiement de pots-de-vin » et qu'il a continué à fonctionner même après l'arrestation de son PDG, condamné à près de 20 ans de prison début mars, dans le cadre de l'affaire de corruption Petrobras. Plus de 2 milliards d'euros ont été détournés.

    « Jamais je ne renoncerai »

    Le scandale se rapproche toujours plus de la présidente brésilienne, Dilma Rousseff, qui fait face à une procédure de destitution au Parlement. Une commission spéciale de 65 députés est chargée de rendre un avis. L'opposition de droite accuse la présidente d'avoir maquillé les comptes de l'Etat en 2014 pour minimiser l'ampleur des déficits publics et favoriser sa réélection.

    Déterminée, elle a décidé de contre-attaquer lors d'un discours au palais présidentiel retransmis en direct à la télévision. « Je n'ai commis aucun crime prévu par la Constitution et les lois, et qui justifierait l'interruption de mon mandat. Ce qui est en train de se passer, c'est un coup d'Etat contre la démocratie ! Jamais je ne renoncerai », a-t-elle clamé, assurant avoir « la conscience tranquille ».

    Difficile cependant pour Dilma Rousseff de regagner la confiance des Brésiliens, qui affrontent aussi une grave récession économique. Le gouvernement vient d'annoncer un recul du PIB de plus de 3% pour cette année.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.