GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: le plus grand hôpital d'Alep-Est a été frappé par des barils d'explosifs (ONG)
    • Le yuan chinois, monnaie de référence du FMI: Pékin salue un «tournant» et promet des réformes
    Moyen-Orient

    Egypte: la police prétend avoir identifié les assassins de Giulio Regeni

    media Un mémorial improvisé en hommage à Giulio Regeni, devant l'ambassade italienne au Caire. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

    Le ministère de l’Intérieur égyptien a déclaré jeudi 24 mars avoir identifié les meurtriers de l’étudiant italien Giulio Regeni, disparu au Caire et retrouvé mort en février dernier. Une annonce qui ne lève pourtant pas le voile de suspicion recouvrant cette mystérieuse affaire.

    De notre correspondant au Caire

    Malgré de nouvelles révélations de la part des autorités, le mystère et la suspicion demeurent autour de la mort de l'étudiant italien Giulio Regeni en Egypte. Le ministère égyptien de l’Intérieur a annoncé dans la soirée de jeudi 24 mars avoir identifié les assassins du jeune doctorant, dont la dépouille avait été découverte début février, une semaine après sa disparition au Caire. Son corps portait des traces de coups et d’une longue torture selon l’autopsie italienne.

    Cette annonce a été faite par le biais d’un curieux communiqué. Il commence par décrire une opération policière contre une bande de voleurs à main armée qui s’en prennent à des étrangers et à des Egyptiens en se faisant passer pour des policiers. Ces malfaiteurs enlèvent leurs victimes, les accusent de liens avec les terroristes, puis les dépouillent avant de les relâcher.

    Selon l’exposé du ministère, au moment de leur arrestation, les cinq membres de la bande ont tiré sur les forces de l’ordre, qui ont riposté et abattu tous les bandits. La police a ensuite fait une descente chez la sœur d’un des truands. Lors de cette perquisition, elle est tombée sur un sac à dos orné d’un drapeau italien et contenant le passeport, la carte de crédit et le téléphone portable de Giulio Regeni.

    Les médias égyptiens dubitatifs

    Quand l’adjoint du ministre de l’Intérieur a expliqué l’affaire sur une chaîne de télévision privée égyptienne, le présentateur est resté dubitatif, relevant ce qui lui semblait être des incohérences. Le responsable du ministère lui a répondu en lui citant des numéros de plaintes pour vol déposées au commissariat.

    Le peuple d’Internet s'est montré beaucoup moins réservé que le présentateur et les sarcasmes ont fusé sur Twitter et Facebook, où l’on s'est moqué de ces bandits qui gardent le passeport de leur victime en guise de souvenir. Mais la palme va à cet internaute qui écrit : « Les bandits ont même conservé un autre cadavre de Giulio Regeni. »

    Suspicion

    La suspicion règne autour de cette enquête. Car depuis le début de l’affaire, les autorités ont livré des explications abracadabrantes. Dès la découverte du corps de Regeni près d’une autoroute, un responsable de la police a affirmé que le doctorant avait été tué dans un accident de la route.

    La semaine dernière, un témoin jailli de nulle part affirmait au parquet et aux médias avoir vu Regeni se disputer dans la rue avec un autre Italien la veille de sa disparition. Lors d’un contre-interrogatoire devant le consulat d’Italie, lieu de la prétendue bagarre, le témoin s’est embrouillé pour finalement avouer avoir tout inventé, de son propre chef. Pour, dit-il, « aider l’Egypte ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.