GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: le numéro deux du groupe EI tué par les Etats-Unis

    media Le numéro deux du groupe Etat islamique, Abdel Rahmane al-Qadouli, a été tué dans un raid américain en Syrie, le 25 mars 2016. AFP/US DEPARTMENT OF STATE

    Plusieurs responsables de l'organisation Etat islamique ont été tués cette semaine par des bombardements américains en Syrie, dont le numéro deux du groupe terroriste, a annoncé vendredi le secrétaire à la Défense, parlant d'une offensive majeure contre le mouvement djihadiste. Pour Ashton Carter, la mort de Abdel Rahmane al-Qadouli va donner « un coup de frein aux capacités aux capacités de l'EI à conduire des opérations en Irak et en Syrie, et à l'étranger ».

    « L’armée a tué plusieurs terroristes importants cette semaine dont, nous croyons, Hadji Iman, qui était un chef de l’organisation Etat islamique servant en tant que ministre des Finances et qui était aussi responsable de certaines opérations extérieures », a annoncé Ashton Carter ajoutant que les Etats-Unis étaient en train d’éliminer systématiquement les dirigeants du mouvement terroriste, rapporte notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet.

    Hadji Iman, également connu sous le d’Abdel Rahmane al-Qadouli a été tué par une frappe aérienne effectuée par les forces spéciales américaines dans l’est de la Syrie. Le département d’Etat avait offert 7 millions de dollars pour sa capture. Cet ancien proche de Ben Laden avait rejoint le groupe Etat islamique dont il était devenu le numéro 2 et le successeur potentiel d’Abou Bakr al-Baghdadi.

    Mais son élimination et celle de quelques autres cadres, comme l’a souligné Ashton Carter, ne signifie pas, en dépit des succès militaires sur le terrain, que l’organisation est démantelée: « Frapper le leadership est nécessaire, mais ce n’est pas suffisant, reconnaît le secrétaire américain à la Défense. Eliminer ses chefs est un objectif important, mais ils seront remplacés et nous continuerons de les cibler. »

    Le chef d’état-major inter-armées, le général Dunford, a pour sa part annoncé que le Pentagone allait soumettre prochainement au président Obama des propositions pour renforcer les forces américaines en Irak, en prévision de la reprise de Mossoul.

    L'argentier de Daech

    Tuer Abdel Rahmane al-Qadouli, c’est aussi éliminer l’argentier du groupe Etat islamique. De son surnom Imam Haji, l’homme gérait la trésorerie du groupe EI en tant que ministre des Finances. Le jihadiste avait été donné par certaines rumeurs comme un successeur éventuel du chef du groupe, Abou Bakr al-Baghdadi.

    Le secrétaire d’Etat américain à la Défense s’est réjoui : sa disparition aura un impact direct sur les opérations menées par le groupe terroriste aussi bien en Irak qu’en Syrie, mais aussi à l’étranger.

    Depuis le Pentagone, Ashton Carter a également détaillé la stratégie menée par son pays dans la lutte contre l’organisation EI : « Nous éliminons systématiquement le cercle des dirigeants de l'EI, et cette semaine l’armée américaine a tué plusieurs d’entre eux », en indiquant que d'autres responsables de l'EI avaient été tués cette semaine.

    Le secrétaire d’Etat américain à la Défense, Ashton Carter, et le chef d'état-major des armées des Etats-Unis, Joseph Dunford, lors d’une conférence de presse au Pentagone, à Washington, le 25 mars 2016. AFP/SAUL LOEB


    Une tête mise à prix

    « Il y a quelques mois, j'ai dit qu'on s'attaquerait à l'infrastructure financière de l'EI, on a commencé à frapper les sites de stockage d'argent liquide, et maintenant on se débarrasse de leurs leaders qui gèrent leurs finances », a précisé Ashton Carter.

    La tête de Abdel Rahmane al-Qadouli était mise à prix depuis des mois. Le ministère américain de la Justice avait offert jusqu'à sept millions de dollars pour les informations conduisant à cet homme.

    La mort du financier de l’organisation EI pourrait affaiblir le groupe jihadiste et atténuer sa capacité à payer et à engager de nouvelles recrues d’autant que les Etats-Unis s’attaquent également au nerf de la guerre : des sites de stockage d’argent liquide des jihadistes ont été bombardés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.