GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Aujourd'hui
Mardi 31 Mai
Mercredi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Par trois accès différents, les forces d'élite irakiennes sont entrées, ce lundi matin, dans la ville de Fallouja, située à 50 km à l'ouest de Bagdad, avec pour objectif d'en chasser le groupe jihadiste Etat islamique (EI), ont annoncé des commandants de l'opération.

    Moyen-Orient

    Israël: débat autour de l'arrestation d'un soldat soupçonné de meurtre

    media Un soldat israélien participe à un exercice, près de Yeruham dans le sud d'Israël, le 24 mars 2016. REUTERS/Amir Cohen

    En Israël, le débat fait rage autour de l'arrestation d'un soldat, qui pourrait être inculpé de meurtre. Il est soupçonné d'avoir achevé d'une balle dans la tête un Palestinien blessé. Ce dernier avait commis quelques minutes plutôt une attaque, selon l'armée, mais ne représentait apparemment plus aucun danger. La scène filmée a provoqué l'indignation, mais aujourd'hui une majorité d'Israéliens, y compris au sein du gouvernement, défendent le soldat incriminé.

    Avec notre correspondante à Jérusalem,  Murielle Paradon

    Benyamin Netanyahu en personne est venu défendre le soldat incriminé. « Toute mise en cause de la moralité de l'armée est révoltante et inacceptable », a dit le chef du gouvernement lors du Conseil des ministres, ce dimanche 27 mars 2016.

    Pourtant, jeudi dernier, lorsqu'une vidéo a montré le soldat tuant visiblement de sang-froid un Palestinien à Hébron, le Premier ministre avait semblé condamner cet acte.

    La volte-face de Netanyahu intervient dans un débat houleux. Plusieurs ministres appartenant à la droite radicale ont soutenu le soldat, invoquant le droit à se défendre contre ce qu'ils appellent des « terroristes ».

    Selon un sondage diffusé à la télévision, 57 % des Israéliens seraient également contre l'arrestation du soldat. Les images filmées jeudi 24 mars par l'organisation des droits de l'homme B'Tselem ont toutefois choqué une partie de l'opinion.

    Le Palestinien, accusé d'avoir commis une attaque au couteau, était à terre, blessé, et ne bougeait plus depuis de longues minutes, lorsque le soldat l'a visé. B'Tselem a dénoncé une « exécution », les Palestiniens parlent de « crime de guerre ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.