GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: Bachar el-Assad, point de blocage politique insoluble

    media Le président syrien Bachar el-Assad à Damas, le 11 février 2016. JOSEPH EID / AFP

    La situation militaire évolue en Syrie. En revanche, ce qui ne varie pas, c'est l'impasse politique. Ce mercredi, le dirigeant syrien a proposé la formation d'un gouvernement national. Pour l'opposition, pas question que Bachar el-Assad reste au pouvoir dans le cadre d'une transition politique.

    Interviewé par une agence de presse russe, Bachar el-Assad a réaffirmé sa position : oui, des membres de l'opposition syrienne et des indépendants peuvent participer à un gouvernement, et la question de la répartition des portefeuilles ministériels peut se régler lors des discussions de Genève.

    L'opposition syrienne n'a pas tardé à lui répondre. « Assad ne doit pas rester une heure de plus après la formation d'un organe de transition doté des pleins pouvoirs », a déclaré l'un des dirigeants de cette opposition syrienne.

    Ce point de blocage est bien connu pour le régime de Damas et ses alliés russes et iraniens, la « transition » peut avoir lieu autour de Bachar el-Assad. Mais pour l'opposition et les pays qui la soutiennent, il n'en est pas question.

    La Maison Blanche a d'ailleurs répondu, elle aussi, aux déclarations du dirigeant syrien, écartant catégoriquement le scénario d'un gouvernement d'union qui permettrait le maintien de Bachar el-Assad.

    Le récent succès des forces du régime contre le groupe Etat islamique (EI) à Palmyre n'a donc pas de conséquences sur ce dialogue de sourds en tout cas pour l'instant.

    Et c'est dans ce contexte de blocage persistant que les discussions intersyriennes de Genève sont censées reprendre aux alentours du 10 avril.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.