GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La Turquie expulse des réfugiés syriens, selon Amnesty International

    media Le camp de Bab al-Salama, près de la frontière avec la Turquie, le 6 février 2016. Sur les 4,6 millions de migrants syriens recensés par les Nations unies, plus de la moitié d'entre eux -2,7 millions- se trouve en Turquie. AFP/Bulent Kilic

    Près de trois millions de Syriens sont aujourd'hui installés en Turquie. Mais ce pays d'accueil procéderait à des expulsions collectives de milliers de réfugiés, selon un rapport d'Amnesty International. L'organisation met en garde l'UE après la signature d'un accord sur les migrants qui prévoit que la Turquie récupère des clandestins de Grèce dès ce lundi. Ces migrants sont en effet sensés transiter sur le territoire turc en attendant un éventuel accueil en Europe.

    Avec notre correspondante à IstanbulCamille Lafrance

    La Turquie n'est pas un endroit sûr pour les réfugiés syriens. C'est ce qu'affirme Amnesty International. L'organisation décrit une situation qui se dégrade depuis la mi-janvier : chaque jour des centaines de personnes seraient expulsées vers la Syrie à partir de la région d'Hatay, dans le sud du pays.

    Les témoignages récoltés évoquent des renvois d'enfants sans leurs parents, d'une femme enceinte, et même de Syriens étant enregistrés auprès des autorités turques. Ce qui leur confère pourtant en principe le statut « d'invité », avec notamment un accès gratuit aux soins.

    Or, toujours selon le rapport d'Amnesty, ces expulsions en dissuaderaient d'autres de se signaler aux autorités et de bénéficier donc de cette protection, les plongeant dans une plus grande précarité encore.

    Amnesty dénonce l'illégalité, l'inhumanité et l'ampleur du phénomène. D'autant plus que les retours sont quasiment impossibles : les points de passage légaux à la frontière étant désormais réservés aux seuls blessés graves.

    Les migrants seraient donc pour la plupart contraints de rester dans des camps au nord de la Syrie, dans des conditions extrêmement difficiles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.