GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    France: Abdelkader Merah reconnu coupable de «complicité» et condamné à 30 ans de réclusion criminelle
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: un charnier du groupe EI découvert à Palmyre

    media Les soldats syriens dans la ville moderne de Palmyre, le 1er avril 2016. REUTERS/Omar Sanadiki

    Une semaine après avoir repris Palmyre aux jihadistes du groupe Etat islamique, l'armée du régime de Damas a fait une découverte sinistre dans cette ville du désert syrien. Les soldats ont trouvé des dizaines de corps dans une fosse commune.

    Sur les 42 cadavres découverts par l'armée syrienne, on a dénombré 24 civils, dont trois enfants, et 18 militaires. Pour l'armée, il s'agit là des dépouilles d'officiers et de leurs familles exécutés par l'organisation Etat islamique après son entrée dans Palmyre en mai 2015.

    L'armée s’attendrait à découvrir d'autres charniers : l’Observatoire syrien des Droits de l’homme estime que le groupe EI aurait exécuté au moins 280 personnes pendant ses dix mois d’occupation de la cité antique.

    Le groupe djihadiste a beau s'être retiré, les conséquences de sa présence sont toujours bien visibles. En plus de ces victimes civiles et militaires, la ville s’est vidée d’une large partie de ses 50 à 70 000 habitants. Lorsque l'EI était là, la ville n'en comptait déjà plus que 15 000. Et malgré la déroute des jihadistes, Palmyre reste désertée par la majorité de ses anciens occupants.

    Selon Abdel Rahmane, le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), les habitants redoutent de possibles représailles de la part des soldats de Bachar el-Assad, mais aussi les mines disséminées un peu partout dans la ville par l’EI. Les jihadistes ont aussi détruit beaucoup de trésors archéologiques à Palmyre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.