GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Une nouvelle attaque à l’arme chimique imputée au groupe EI en Syrie

    media Selon l'agence de presse syrienne Sana, des obus au gaz moutarde ont été utilisés par le groupe jihadiste contre des positions de l'armée syrienne. REUTERS/Arben Celi

    Selon l'agence de presse syrienne Sana, des obus au gaz moutarde ont été utilisés par l'organisation Etat islamique contre des positions de l'armée syrienne. Le groupe jihadiste a déjà été accusé à plusieurs reprises d'utiliser cet agent chimique sur le front syrien, mais aussi irakien. Explication.

    Comment le groupe EI s’est-il procuré ce gaz ? L’organisation EI a-t-elle récupéré des stocks existants, ou est-elle en mesure de fabriquer du gaz moutarde ? Pour Olivier Lepick, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique et spécialiste des armes chimiques, c’est tout à fait plausible, d’autant que l’OIAC (l’Organisation d’interdiction des armes chimiques) a rendu il y a quelques semaines les conclusions d’une enquête qu’elle a menée au cours des derniers mois en Syrie et qui a donc conclu à l’utilisation avérée par le groupe EI de gaz moutarde, et notamment sous la forme d’obus.

    « Donc, poursuit le chercheur, on sait de manière indubitable qu’à deux ou trois occasions, Daech a utilisé cet agent chimique militaire, assez ancien, certes, mais particulièrement efficace. On sait tous, même quand on n’est pas spécialiste, que l’arme chimique provoque une peur très importante et l’utilisation de ces armes par Daech s’inscrit tout à fait dans la politique de terrorisation de l’ennemi, qu’il soit militaire ou civil, que l’organisation pratique sur le théâtre, que ce soit au fil des exécutions, des images abominables que le groupe distille dans les médias internationaux. Evidemment, la capacité d’utiliser l’arme chimique contre un ennemi quel qu’il soit participe à cette volonté de terroriser l’adversaire. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.