GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Yémen: les enjeux des négociations de paix en cours au Koweit

    media Une Yéménite tient dans ses bras son enfant souffrant de malnutrition dans un centre de soins à Sanaa, le 6 avril 2016. REUTERS/Khaled Abdullah

    C’est peut-être un pas vers la fin du conflit au Yemen ? Avec trois jours de retard, partisans du président Abd Rabbo Hadi et rebelles houthistes proches de l’ancien président Ali Abdallah Saleh ont repris jeudi 21 avril, dans la soirée, au Koweït. La rencontre est parrainée par l’ONU et les pourparlers, permis par la pression internationale, se tiennent dans un climat très tendu.

    Les pressions internationales ont été pour beaucoup dans le fait que les deux parties acceptent les négociations au Koweit, rappelle Franck Mermier, ancien directeur du Centre français d’étude yéménites, actuellement directeur de recherches au CNRS. Un cessez-le-feu a été déclaré dimanche, mais « il est plus ou moins respecté ce qui fait que cette trêve est fragile et précaire ».

    Pour permettre ces négociations du Koweit, « des contacts directs ont été établis entre les rebelles houthis et l’Arabie saoudite » mais ces négociations s'ouvrent néanmoins dans un climat tendu comme en témoignent aussi « le retard de la délégation houthi et de l’ancien président Saleh à venir au Koweit ».

    Les rebelles ont beaucoup à perdre dans ces négociations

    Le camp du président Hadi, soutenu par l’Arabie saoudite, les pays du Golfe et une grande partie de la communauté internationale, demandent « d’abord l’application de la résolution 2216 de l’ONU qui stipule le retour au pouvoir du président Hadi et le retrait des milices armées de la capitale Sanaa et des grandes villes » qui est demandé. Autre revendication, « la mise à disposition des armes lourdes des milices aux forces armées nationales ».

    Les rebelles houthis ont eux beaucoup à perdre. « Pour les rebelles qui ont poussé le président à démissionner, qui ont aussi conquis militairement une bonne partie du pays, il sera difficile de renoncer à cette prise de pouvoir et aux conquêtes territoriales », poursuit Franck Mermier. Ces derniers ont beaucoup à perdre dans ces négociations aussi « il faudra qu’en contrepartie ils obtiennent des garanties pour leur inclusion dans le jeu politique yéménite, voire le partage du pouvoir ».

    « C’est pour cela que ces négociations vont être très ardues et il n’est pas certain que les deux parties soient prêtes à faire ces concessions » conclut le chercheur.

    Yahya Doad (D) membre du Congrès général du peuple, parti de l'ancien président allié aux rebelles, Ali Abdallah Saleh, lors d'un point presse à Koweilt, le 20 avril 2016. REUTERS/Mohamed al-Sayaghi

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.