GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L'Iran en colère après la décision américaine de saisir des fonds aux Etats-Unis

    media L'ayatollah Ali Khamenei lors d'une intervention devant les gardiens de la révolution, le 16 septembre 2015 à Téhéran en Iran. AFP PHOTO / HO / KHAMENEI.IR

    Le Guide suprême iranien Ali Khamenei et le président Hassan Rohani ont vivement critiqué mercredi 27 avril la décision de la justice américaine de saisir deux milliards de dollars des fonds iraniens gelés aux Etats-Unis pour les victimes américaines d'attentats au Liban ou en Arabie saoudite il y a 30 ans.

    Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

    Une semaine après la décision de la Cour suprême américaine de saisir deux milliards de dollars de l'Iran, l'ayatollah Khamenei et le président Rohani ont dénoncé à l'unisson cette décision : « Sur le papier, ils disent que les banques étrangères peuvent effectuer des transactions avec l'Iran mais, dans la pratique, ils font de l'iranophobie pour empêcher ces relations », a déclaré l'ayatollah Khamenei.

    De son côté, le président Rohani a qualifié cette décision de la Cour suprême de « vol manifeste » et de « grand déshonneur » pour la justice américaine. « C'est une action totalement illégale et contraire aux règles internationales. C'est une violation et une hostilité manifeste de la part des Etats-Unis contre le peuple iranien. »

    La décision de la Cour suprême américaine intervient trois mois après l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire et la levée d'une partie des sanctions internationales.

    Mais Téhéran critique toujours les Etats-Unis pour ne pas faciliter les relations entre les banques internationales et l'Iran. Les banques européennes ou asiatiques sont toujours réticentes à commercer avec l'Iran. Elles redoutent des mesures de représailles de la part des Etats-Unis.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.