GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Iran: la nationalité iranienne accordée aux familles d’étrangers morts au combat

    media Des soldats iraniens portent les corps de volontaires morts en Syrie, le 6 février 2016 à Téhéran. ATTA KENARE / AFP

    Le Parlement iranien a autorisé le gouvernement à accorder la nationalité iranienne aux familles des martyrs étrangers morts « en mission durant la guerre Iran-Irak (1980-1988) ou après ». Cette loi devrait s’appliquer également aux « volontaires » afghans ou pakistanais partis combattre en Syrie.

    Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

    C'est un simple article de loi qui a été voté par les députés. Il autorise le gouvernement à accorder la nationalité aux femmes, aux enfants et aux parents des étrangers morts en mission de combats.

    Cette mesure concerne les combattants étrangers morts pendant la guerre Iran-Irak, entre 1980 et 1988, et ceux décédés après. Le gouvernement doit attribuer la nationalité dans un délai maximal d'un an. De nombreux combattants afghans et irakiens avaient combattu aux côtés de l'armée iranienne contre l'Irak de Saddam Hussein.

    Mais cette mesure devrait s'appliquer également aux « volontaires » afghans et pakistanais combattant en Syrie et en Irak contre les groupes jihadistes armés, notamment l'organisation État islamique. La presse iranienne rapporte régulièrement la mort de ces « volontaires » engagés en Syrie et en Irak. Ces combattants, essentiellement afghans, sont enterrés en Iran.

    Selon les médias locaux, plusieurs milliers de combattants afghans font ainsi partie du « corps armé des Fatemiyoun », du nom de Fatima, la fille du Prophète, qui sont engagés en Syrie.

    L'Iran soutient le régime du président Bachar al-Assad en envoyant sur place des « conseillers » militaires pour combattre les jihadistes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.