GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Justin Trudeau considère «totalement inacceptable» de s'être grimé en Noir
    • La compagnie française XL Airways en cessation de paiements, demande son placement en redressement judiciaire (communiqué)
    • Décès de l'acteur français Charles Gérard, second rôle fétiche de Lelouch et grand ami de Jean-Paul Belmondo
    • Le Parquet russe demande à la justice de libérer un acteur emprisonné après un mouvement de soutien
    • Idleb (Syrie): veto russe-chinois à l'ONU à une résolution imposant un cessez-le-feu
    • Décès de l’ancien président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali
    Moyen-Orient

    Crash d’EgyptAir: l’aéroport de Roissy passé au peigne fin par les enquêteurs

    media Les forces de sécurité patrouillent à l'aéroport international Roissy Charles-de-Gaulle, le 23 mars 2016. AFP/ALAIN JOCARD

    Plus de deux jours après le drame, les enquêteurs sont à pied d’œuvre pour déterminer les causes du crash du vol MS804 survenu dans la nuit du mercredi 18 au jeudi 19 mai. A l'aéroport de Roissy, d'où l'A320 d'Egyptair a décollé, les enquêteurs passent au crible les bandes vidéo et a renforcé sa sécurité.

    Toutes les vidéos sont exploitées par les gendarmes : les images des bagages chargés dans les soutes de l'Airbus et celles prises autour de l'avion. Objectif : identifier toutes les personnes qui se sont approchées de l'appareil.

    Mais le travail est fastidieux. Lorsqu'un avion arrive à son point fixe, un véritable ballet se met en œuvre. Plusieurs équipes travaillent simultanément autour et à bord de l'avion, notamment le personnel qui refait le plein de carburant, celui qui charge les plateaux-repas, puis les techniciens qui font le tour de l'avion pour vérifier l’état de l’appareil.

    En cabine, on s'active aussi pour nettoyer au plus vite. L'escale ne dure pas plus d'une heure, le commandant de bord a à peine le temps de quitter le cockpit. En règle générale, un moyen-courrier opère plusieurs rotations dans la journée.

    L'Airbus d'EgyptAir avait ainsi rallié l'Erythrée, la Tunisie, l'Egypte et la France et à chaque escale, l'équipage n'a eu que peu de temps pour contrôler la cabine. Une faille dans la sécurité est toujours possible, même si pour l'heure, aucune faille ou personne suspecte n’a pour l’instant été remarquée par les enquêteurs lors du dernier stop de l'avion à Roissy.

    La sécurité des aéroports « considérablement renforcée »

    Si le crash de l'avion de la compagnie EgyptAir pointe une nouvelle fois la question de la sécurité dans les aéroports, celle-ci a été « considérablement renforcée » depuis des mois en France, « bien avant les attentats du mois de novembre », selon Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur.

    Concernant l’aéroport de Roissy, « il y a une mobilisation très importante de moyens : 1 300 policiers de la police de l’air et des frontières, 1 300 douaniers, près de 350 gendarmes qui assurent avec la gendarmerie de transport aérien la sécurité sur les pistes », a déclaré le ministre de l’Intérieur. Il précise que « près de 85 arrêtés interdisant l’accès aux pistes et à l’aéroport, de personnels de sociétés privés ».

    → A (RE)LIRE : Belgique: l'aéroport de Bruxelles-Zaventem teste les nouvelles mesures de sécurité

    Mais le dispositif n’est pas infaillible et le risque zéro n’existe pas. « La difficulté, c’est que c’est un territoire immense et qu’il y a plus de 90 000 personnes qui obtiennent chaque année des badges, notamment les badges rouges pour accéder en zone réservée, là où il y a les avions : ceux qui nettoient l’avion, ceux qui ravitaillent, ceux qui mettent le pétrole, les mécaniciens, et cetera », nuance Gérard Felzer.

    Le spécialiste aéronautique ajoute : « Il faut traiter les individus un par un, enquêter. C’est pour ça qu’il y a eu des centaines de candidats qui n’ont pas été renouvelés dans leur autorisation, parce qu’on a trouvé que, soit il y avait un soupçon de radicalisation, soit des comportements ou même certains qui étaient déjà condamnés. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.