GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Irak: le bureau du Premier ministre Haïdar al-Badadi occupé par des manifestants

    media Une nouvelle fois la «zone verte» sécurisée de la capitale a été la cible de manifestations d'opposants au régime. Reuters

    Les forces de sécurité irakiennes ont ouvert le feu vendredi sur des manifestants qui avaient envahi la «zone verte», le quartier administratif et diplomatique de Bagdad, et réussi à pénétrer à l'intérieur du siège du gouvernement. Plusieurs dizaines de manifestants ont été blessés ou intoxiqués par des jets de gaz lacrymogènes ou par des tirs à balles réelles, ont rapporté des témoins. Deux personnes ont été tuées par les forces de sécurité et au moins 58 autres blessées, dont des membres des forces de sécurité, selon des sources de sécurité et médicales.

    Des milliers de manifestants, la plupart partisans du puissant dignitaire chiite Moqtada Sadr, ont réussi à occuper brièvement le bureau du Premier ministre Haïdar al-Abadi, situé dans la Zone verte, la zone de Bagdad ultra sécurisée, interdite donc au public, où se trouvent l'essentiel des institutions irakiennes.

    Faisant fi des grenades lacrymogènes, des bombes assourdissantes et des tirs à balles réelles, la foule a réussi à pénétrer dans le bureau du Premier ministre. Certains ont posté sur les réseaux sociaux des photos du bureau ainsi que de la salle de réunion du gouvernement.

    Haïdar al-Abadi est sorti de ses gonds et a déclaré que « prendre d'assaut des institutions de l'Etat (...) ne peut être accepté » avant de donner l'ordre de déloger les intrus. Réaction de Moktada Sadr : « aucune partie n'a le droit d'empêcher des manifestations pacifiques, sinon, la révolution prendra une autre forme ».

    Le leader chiite et ses partisans réclament depuis des semaines des réformes contre la corruption, le népotisme et le clientélisme. Autrement dit la crise politique en Irak est loin d'être résolue.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.