GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Le crash du vol EgyptAir relance le débat sur un suivi en temps réel des avions

    media Un airbus A320 de la compagnie EgyptAir (photo d'illustration). DR

    La catastrophe de l'Airbus A320 d'EgyptAir, qui s'est abîmé dans la nuit du mercredi 18 au jeudi 19 mai en Méditerranée, soulève une fois de plus la question du suivi des avions par satellite, en temps réel, dans des zones non balayées par les radars. Si ce système est obligatoire depuis 1988 pour les bateaux, peut-on en faire de même avec les avions ?

    Alors que le suivi des bateaux en temps réel est obligatoire depuis 1988 et que les avions envoient déjà des données au sol via le système « Acars », la surprise créée pour la première fois dans l'histoire de l'aviation civile par la disparition du Boeing de la Malaysia Airlines en 2014 avait beaucoup pesé pour pousser le secteur à prendre des mesures.

    Auparavant, il avait fallu deux ans pour localiser l'épave du vol Rio-Paris Air France 447, qui s'était abîmé en mer en 2009, faisant 228 victimes. L'avion avait disparu dans une zone non couverte par les radars, englouti à 3 900 mètres de profondeur et les familles avaient réclamé l'amélioration de la localisation des avions perdus en mer.

    → A (RE)LIRE : Crash du vol d'EgyptAir: de la fumée a bien été détectée à bord avant l’accident

    Au niveau européen, un règlement a été adopté en décembre 2015, visant à équiper d'ici fin 2018 l'ensemble des avions d'un système de suivi en temps réel. Cependant, l’équipement coûte cher aux compagnies aériennes.

    Dispositif très coûteux

    « En 2009, nous avons proposé de transmettre plus de données en temps réel après l'accident du Rio-Paris, mais cela posait des problèmes de connexion de satellite, souligne un spécialiste du secteur. Il fallait équiper les avions avec des dispositifs d'antennes satellites et il fallait augmenter la bande passante, ce qui veut dire que la compagnie devait accepter de prendre à sa charge les coûts de connexion ».

    Même si les connexions satellitaires coûtent aujourd'hui moins cher, le coût est encore « non négligeable », selon lui, l'évaluant à « plusieurs milliers d'euros à l'échelle d'un vol ».

    → A (RE)ECOUTER : Crash du vol EgyptAir: la sécurité des aéroports de Paris en question

    Un autre débat existe sur une recommandation de l'OACI, qui pourrait se traduire par la mise en place d'enregistreurs de vol éjectables en cas de choc. Le dispositif existe déjà sur les avions militaires, mais fait débat, notamment sur les conditions d'éjection. Airbus a annoncé qu'il allait équiper ses A350, de ces boites noires éjectables et flottantes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.