GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: la bataille de Raqqa, capitale autoproclamée du groupe EI, a commencé

    media Un combattant des forces kurdes, posté à une cinquantaine de kilomètres de Raqqa, en octobre 2015. AFP PHOTO / DELIL SOULEIMAN

    En Syrie, la bataille de Raqqa, la capitale autoproclamée du groupe Etat islamique, au nord de la Syrie, a commencé. Les Forces démocratiques syriennes, une alliance arabo-kurde appuyée par les Etats-Unis, ont lancé une offensive soutenue par l’aviation de la coalition internationale. Les FDS comptent 25 000 miliciens kurdes et 5 000 combattants arabes, qui bénéficient d’un entraînement fourni par 300 soldats américains des forces spéciales déployées en Syrie sur ordre de Barak Obama. Au premier jour de l’offensive, les jihadistes semblent reculer mais la bataille s’annonce longue.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    L’offensive vient tout juste de commencer et elle ne vise pas, à ce stade, la ville même de Raqqa mais la campagne au nord. Après une série de raids aériens, menés par des avions de la coalition internationale, les Forces démocratiques syriennes ont engagé la bataille à partir de trois axes. Des sources américaines et russes ont confirmé la progression des combattants arabo-kurdes, qui n’ont pas rencontré une très forte résistance.

    Les jihadistes se replient vers leurs principales lignes de défense, dans les faubourgs au nord de Raqqa. Selon des sources kurdes, la stratégie de défense du groupe Etat islamique se base sur trois éléments : l’activation de cellules dormantes derrière les lignes ennemies, les attaques suicide aux véhicules piégés dotés d’un blindage renforcé et l’utilisation intensive des snipers. La bataille s’annonce longue avant l’encerclement total de la ville et le lancement de l’assaut final, surtout que des milliers de jihadistes, Syriens, Irakiens et étrangers, défendent leur capitale auto-proclamée. Il faut compter des semaines de combat, au moins.

    La Russie prête à se coordonner avec la coalition arabo-kurde et les Etats-Unis

    La Russie a une nouvelle fois annoncé, par la bouche de son ministre des Affaires étrangères, être prête à se coordonner avec la coalition arabo-kurde et les Etats-Unis pour la bataille de Raqqa. S’exprimant mardi 24 mai à partir de Tachkent, en Ouzbékistan, Serguei Lavrov s’est dit convaincu qu'il aurait été possible de libérer plus efficacement et rapidement Raqqa, mais aussi Mossoul, en Irak, si les militaires russes et américains avaient coordonné leurs actions bien avant. « Aujourd'hui, la possibilité d'une telle coordination existe », a-t-il ajouté.

    Côté régime syrien, c’est le silence radio. Les médias officiels, qui dénoncent le déploiement d’unités spéciales américaines sur le territoire syrien, n’ont même pas annoncé le début de l’offensive contre Raqqa.


    L'avenir de Raqqa se prépare déjà

    Pour Khaled Issa, représentant en France du Parti de l'union démocratique (PYD), principal groupe kurde syrien, l'avenir de Raqqa se prépare déjà.

    « Déjà il y a un travail de terrain et de contact avec les notables de Raqqa, avec les activistes de la ville pour prévoir comment préparer l’après Daech. Donc politiquement, il y a tout un travail qui est fait. Il est en cours de préparation. Donc la population locale doit déterminer la façon dont elle gère sa ville, son territoire, mais de façon démocratique, sans aucune contrainte. Si les Forces démocratiques syriennes sont bien soutenues, les autorités de Bachar el-Assad n’ont aucune chance de contrôler Raqqa. La rapidité (pour chasser le groupe EI de Raqqa, ndlr) dépend des moyens déployés et le degré de soutien aux Forces démocratiques syriennes. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.