GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: un ministre démissionne pour contester l'arrivée d'Avigdor Lieberman

    media Le désormais ex-ministre de l'Environnement Avi Gabay prononce un discours près d'Ashkelon, le 22 mai 2016. REUTERS/Baz Ratner

    En Israël, le ministre de l'Environnement démissionne pour protester contre l’arrivée d’Avigdor Lieberman au sein du gouvernement, un ultranationaliste qui a été nommé ce mercredi 25 mai à la Défense. Le ministre démissionnaire dénonce « l’extrémisme » du nouveau gouvernement.

    Avec notre correspondante à Jérusalem,  Murielle Paradon

    « Le pays a le droit d'avoir un gouvernement de droite, mais je ne crois pas qu'il soit juste de former un gouvernement extrémiste », a déclaré Avi Gabay, le ministre de l’Environnement démissionnaire qui appartient à un mouvement de centre droit.

    Selon lui, l’arrivée dans la coalition d’Avigdor Lieberman, un ultranationaliste connu pour ses déclarations antiarabes, « va exacerber encore plus le radicalisme dans la société israélienne ».

    Avi Gabay dénonce également la décision de nommer Lieberman au ministère de la Défense, c’est « faire fi, dit-il, de l’importance de la sécurité de l’Etat ».

    La mainmise d’« extrémistes dangereux » sur le pays

    Lieberman n’a pas l’expérience de son prédécesseur Moshe Yaalon qui était un ancien chef d’état-major de l’armée. Yaalon a lui-même claqué la porte du gouvernement il y a une semaine en dénonçant la mainmise d’ « extrémistes dangereux » sur le pays.

    Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a fait entrer les ultranationalistes dans son gouvernement, déjà très à droite, pour consolider sa coalition qui n’avait qu’une voix de majorité au Parlement. Mais sa décision continue de provoquer des remous.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.