GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Accident de Fukushima: trois anciens dirigeants de Tepco acquittés par le tribunal
    • Polynésie: saisie de 5,5 kilos de méthamphétamine à l'aéroport de Tahiti (parquet de Papeete)
    • Afghanistan: dix morts lors d'un attentat à la voiture piégée dans le Sud (gouverneur)
    Moyen-Orient

    Bahreïn: la peine de prison du leader de l’opposition chiite alourdie en appel

    media Manifestation de soutien à cheikh Ali Salman au siège du mouvement Al-Wifaq, dans le village de Zinj, le 29 mai 2016. MOHAMMED AL-SHAIKH / AFP

    Au Bahreïn, une cour d’appel a décidé ce lundi 30 mai d’alourdir fortement la peine de prison prononcée l’année dernière contre cheikh Ali Salman, le chef de l’opposition chiite qui réclame des réformes à la dynastie sunnite au pouvoir, provoquant une aggravation des tensions politiques.

    Cheikh Ali Salman, 51 ans, dirige le principal mouvement d'opposition Al-Wifaq. Il avait été condamné en juin 2015 à quatre ans de prison pour incitation à la désobéissance. Mais ce lundi, la première Haute Cour d'appel criminelle a porté cette peine à neuf ans pour complot contre le régime.

    Cheikh Ali Salman avait été reconnu coupable d'avoir « incité publiquement à la haine contre les adeptes d'une confession », à savoir les sunnites ; d'avoir « incité à la désobéissance » ; et d'avoir porté atteinte au ministère de l'Intérieur en qualifiant ses employés de « mercenaires ».

    L'arrestation fin décembre 2014 du leader chiite avait déjà provoqué des manifestations. Elle avait été condamnée par des organisations de défense des droits de l'homme. Ce lundi, l’ONG Human Rights First a estimé depuis Washington que le verdict prononcé par la Haute Cour d’appel criminelle était « une action dangereuse du régime » qui risquait d’« accroître l’instabilité » dans cet Etat du Golfe secoué par les violences politiques depuis plus de cinq ans. Des manifestations ont eu lieu dès ce dimanche dans des villages chiites autour de Manama pour appeler à la libération de cheikh Ali Salman.

    Jalaj Fairooz, ancien député d'Al-Wifaq exilé à Londres, s'inquiète du sort réservé au leader de l'opposition et dénonce des calculs politiques venant du gouvernement. « On dirait que le gouvernement veut écarter cheikh Ali Salman pour faire déraper la situation. Et c'est une très grande source d'inquiétude pour l'opposition. Si Ali Salman n'est pas en liberté, il ne peut pas appeler les gens à rester calmes, estime-t-il, craignant le pire pour la suite. Alors on peut redouter une escalade à l'issue incertaine. C'est une immense déception cette peine alourdie pour cheikh Ali Salman. Tout le monde s'attendait à une peine allégée. Il semble que le gouvernement de Bahreïn ne recherche pas l'amélioration de la situation. »

    Al-Wifaq est le principal animateur de la contestation qui a débuté en février 2011 à Bahreïn où la majorité chiite réclame à la dynastie sunnite au pouvoir des réformes politiques et une véritable monarchie constitutionnelle. En novembre, Al-Wifaq avait recensé au moins 187 cas de Bahreïnis déchus de leur nationalité ces dernières années. Il avait accusé les autorités de recourir à cette mesure pour « des raisons politiques ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.