GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Yémen: 194 prisonniers échangés dans la ville de Taëz

    media Retrouvailles entre combattants pro-gouvernement, à Taëz, au Yémen, le 18 juin 2016. REUTERS

    Un geste dans la guerre au Yémen. Les parties au conflit ont échangé 194 prisonniers, ce samedi 18 juin. L’échange a eu lieu à Taëz, dans le sud-ouest du pays, et tous les prisonniers libérés sont des combattants.

    Les combattants relâchés avaient été faits prisonniers pendant les combats menés pour la prise de la ville de Taëz et la médiation a été assurée par des tribus locales. Selon le chef tribal Abdoullatif al-Mouradi, les forces gouvernementales, soutenues par l’Arabie saoudite, et qui contrôlent Taëz, ont libéré 118 prisonniers, tandis que les rebelles soutenus par l’Iran, qui contrôlent les environs, en ont libéré 76.

    C'est un geste important, mais ce n’est pas le premier dans ce conflit et l’objectif fixé par les médiateurs de l’ONU en mai dernier, à savoir la libération de la moitié de l'ensemble des prisonniers avant le début du ramadan le 6 juin, n'a pas été atteint. Ce jour-là toutefois, 52 enfants capturés par l’Arabie saoudite et 187 combattants loyalistes ont retrouvé la liberté. Les prisonniers seraient des milliers selon le gouvernement, plusieurs centaines selon les rebelles

    La trêve demeure fragile

    En plus d'un an, la guerre au Yémen a fait plus de 6 000 morts et 30 000 blessés. Les pourparlers de paix entamés le 21 avril sous l'égide de l'ONU piétinent, et malgré la trêve déclarée quelques jours plus tôt les combats continuent. Ils ont touché samedi Taëz et Kirch, dans le sud-ouest, et Marib dans le centre du pays.

    L'espoir de voir les parties au conflit accélérer leurs discussions pourrait peut-être venir de l'émergence d'un ennemi commun: l'organisation Etat islamique, qui occupe déjà une partie du territoire et qui multiplie les attentats suicide.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.