GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Pour l'ancien président de la République, François Hollande, le mouvement des «gilets jaunes» est en «phase de conclusion»
    • Mouvement des «gilets jaunes»: «Moins de 3000 manifestants» à Paris en début d'après-midi (préfecture)
    • «Gilets jaunes»: 63 gardes à vue à Paris contre 335 samedi dernier à la mi-journée, indique la préfecture
    • «Gilets jaunes»: un conducteur décède après avoir percuté un camion à la frontière belge (préfecture)
    Moyen-Orient

    Syrie: le cessez-le-feu, une stratégie d’Assad pour reconquérir des territoires?

    media Un quartier rebelle d'Alep vient d'être bombardé par l'armée syrienne, le 9 juillet 2016. FADI AL-HALABI / AFP

    En Syrie, le cessez-le-feu annoncé par le régime de Bachar el-Assad semble davantage être une stratégie pour reconquérir des territoires. Depuis mercredi 6 juillet et les célébrations de l’Aïd, une trêve est censée être observée, mais sur le terrain les combats se poursuivent. À Alep, l’armée syrienne est même parvenue à assiéger la rébellion. Et près de Damas les bombardements sont plus intenses que jamais.

    Les forces rebelles syriennes ont échoué dimanche 10 juillet à rouvrir la dernière route d'approvisionnement vers leurs quartiers dans la ville d'Alep (nord) au cours de violents combats dans lesquels ils ont perdu une trentaine de combattants. Quelque 200 000 personnes vivent dans les quartiers est de la deuxième ville de Syrie, tenus par les rebelles depuis 2012 et que les troupes du régime de Bachar el-Assad cherchent à totalement assiéger et reprendre.

    Les insurgés ont lancé samedi soir une contre-attaque pour rouvrir la route dite du Castello, située au nord de la ville d'Alep et que les forces du régime étaient parvenues à couper de facto jeudi, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Cette route est cruciale puisqu'elle représente la dernière voie d'approvisionnement vers les quartiers contrôlés par l'opposition.

    Au moins 29 combattants du groupe rebelle islamiste Faylaq al-Cham et de son allié le Front al-Nosra (branche syrienne d'al-Qaïda) ont été tués dans les combats ou par des mines. Les affrontements ont aussi fait des victimes dans les rangs des forces du régime, mais aucun bilan n'était disponible dans l'immédiat, a ajouté l'OSDH. « L'attaque a pris fin et la route reste complètement fermée », a déclaré le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

    Ces combats interviennent malgré une trêve entrée en vigueur mercredi et prolongée de 72 heures par le régime du président Bachar el-Assad. Samedi, les forces pro-régime se trouvaient à moins de 500 mètres de la route du Castello. Depuis jeudi, elles peuvent surveiller et tirer sur toute personne ou tout véhicule empruntant cet axe utilisé par les civils et les rebelles, qui se retrouvent bloqués.

    Les forces du président Bachar el-Assad tentent depuis deux ans de couper la route du Castello pour isoler les combattants rebelles dans la ville, un des enjeux majeurs du conflit. Samedi, les habitants des secteurs rebelles d'Alep vivaient dans la crainte de pénuries, les produits de première nécessité devenant de plus en plus rares. Du côté gouvernemental, dans l'ouest de la ville, on exprimait sa peur de représailles des rebelles, notamment après une journée particulièrement meurtrière vendredi où plus de 40 personnes ont péri dans des tirs des insurgés.

    Des bombardements près de Damas

    Les bombardements sont de plus en plus intenses près de Damas, assure Merwane al-Qadi, militant de l’opposition syrienne contactée par RFI.

    « Il n’y a pas véritablement de trêve... le régime syrien n’a pas arrêté les combats. Il y a de violents raids contre plusieurs régions dans la campagne autour de Damas. Les avions bombardiers décollent toujours des bases militaires aux alentours et lâchent toujours leurs bombes sur la région, explique ce militant. Durant les dernières 48 heures, un déluge de feu s’est abattu sur plusieurs petits villages. Le régime a même réussi à reconquérir de nouvelles positions. Les médias du régime, et les médias qui le soutiennent n’arrêtent pas de parler de cette trêve, mais en réalité elle n’a jamais eu lieu. C’est une simple stratégie. Comme ça le régime peut améliorer son image, passer pour un régime respectable qui met en place un cessez-le-feu. Mais à chaque Aïd, c’est pareil. Il annonce une trêve et bombarde massivement la campagne autour de Damas. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.