GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: Qayyarah a été reprise avec l’aide d’un mouvement de résistance civile

    media Un homme brandit un drapeau irakien dans une rue de Qayyarah, le 24 août 2016, deux jours avant la libération de la ville des mains du groupe Etat islamique. MAHMOUD SALEH / AFP

    En Irak, la ville de Qayyarah vit ses premiers jours de liberté après deux ans sous l'autorité de l'Etat islamique. Qayyarah est située à 60 km au sud de Mossoul. Elle a été reprise jeudi des mains du groupe terroriste par l'armée irakienne. C'est une ville stratégique, car la dernière placée avant la deuxième ville d'Irak. L'armée irakienne y a notamment reçu l'aide d'un mouvement de résistance civile.

    Avec notre correspondante de retour de Qayyarah,  Oriane Verdier

    Dans les rues de Qayyarah, la population chante et danse. Il y a 24 heures pourtant certains hommes portaient encore des armes, ils sont venus en aide à l'armée irakienne.

    Jassem, général à la retraite, est l'un des instigateurs de ce mouvement. « Au départ, quinze personnes se sont rassemblées pour résister. Mais une fois Qayyarah assiégée de tous côtés, d'autres personnes ont attaqué les lieux de réunion du groupe Etat islamique et leurs positions. Le peuple avait reçu l'instruction de l'armée de se soulever contre Daech. Il fallait réussir à libérer la ville sans créer de nouveaux réfugiés. L'armée aurait pu reprendre la ville sans les civils, mais la libération aurait été plus compliquée », s'enorgueillit l'ex-général.

    Pour le général Najim, commandant de l'opération de reprise de Mossoul, ce premier soulèvement armé est un bon signe pour l'avenir.

    « C'est la première fois qu'un groupe à l'intérieur de la ville se bat avec nos troupes contre l'organisation Etat islamique, explique-t-il. Cela veut dire beaucoup pour nous. Cela veut dire que le nationalisme de la population est toujours fort. Ce qui s'est passé en Irak n'est pas simple et pour moi ce mouvement représente une lumière au bout du tunnel, l'espoir que l'Irak guérira de ses blessures. »

    Le général espère un mouvement similaire pour la reprise de Mossoul. Divers actes de résistance ont déjà eu lieu dans la deuxième ville d'Irak.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.