GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Hadj: moins de pèlerins chiites libanais cette année à La Mecque

    media Le quartier de Haret Hreik, dans la banlieue sud de Beyrouth, est le principal bastion du Hezbollah au Liban. Ici photographié en janvier 2014, lorsqu'un grave attentat avait frappé l'une de ses rues commerçantes. REUTERS/Mahmoud Kheirr

    En Arabie saoudite, des centaines de milliers de fidèles musulmans prennent part depuis hier au pèlerinage de la Mecque. Cette année, il n’y a pas de pèlerins iraniens, suite aux tensions entre Riyad et Téhéran. Des tensions qui vont jusqu’au Liban : selon des médias pro-saoudiens, le Hezbollah a donné l’ordre à ses membres de ne pas se rendre au hadj ; ce que le «parti de Dieu» n’a pas confirmé. Pour de multiples raisons, le nombre des pèlerins chiites libanais au hadj est cependant moins important cette année que par le passé.

    Avec notre correspondante à Beyrouth, Laure Stephan

    A Chiyah ou Haret Hreik, banlieues à majorité chiite au sud de Beyrouth, les habitants font leurs dernières courses pour les célébrations de l’Aïd al Adha. Dans quelques jours, les entrées des domiciles des fidèles, à leur retour du hadj, seront ornées de décorations. Mais les pèlerins chiites sont moins nombreux cette année que par le passé, selon des agences chargées d’organiser le voyage.

    Si le souvenir de la bousculade meurtrière, l’an dernier, a freiné les velléités de départ, les demandes sont restées importantes… Pour expliquer la participation moins élevée, le responsable d’un bureau de pèlerinage dans la banlieue sud, met en cause le quota plus bas attribué aux Libanais cette année par Riyad, et il se désole : moins de 10% de ses clients ont obtenu le sésame pour se rendre à La Mecque.

    Mais il y a aussi des motifs plus politiques : depuis quelques années, l’animosité entre Riyad et Téhéran pèse sur le choix de partir au hajj, soutient le directeur d’une autre agence ; sa principale activité est aujourd’hui générée par des pèlerins qui préfèrent visiter les lieux saints chiites en Irak. Selon cet interlocuteur, des cas de désistements ont eu lieu cette année parmi des fidèles, sympathisants du Hezbollah pro-iranien, qui avaient obtenu le visa pour le hadj.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.