GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    John Kerry menace Moscou de geler toute coopération sur la Syrie

    media Le secrétaire d'Etat américain John Kerry durant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, mercredi 21 septembre 2016. REUTERS/Lucas Jackson

    Les réactions d'indignation se multiplient dans le monde après le bombardement de deux hôpitaux dans la partie est d'Alep et, devant le déluge de feu qui s'abat sur la rébellion, les Etats-Unis menacent à présent la Russie de geler toute coopération sur la Syrie. C'est John Kerry, le chef de la diplomatie américaine, qui s'est chargé d'adresser cette mise en garde à l'attention de Moscou.

    John Kerry a dû se résoudre à brandir cette menace alors qu'il était l'un des derniers à Washington à croire encore possible une coopération et un dialogue avec Moscou sur le conflit syrien. Y renoncer, ce serait pour le chef de la diplomatie américaine un aveu d'échec d'autant plus cinglant que cette politique de dialogue suscitait de plus en plus de critiques aux Etats-Unis, dans la presse, au sein de la classe politique, et même au sein de l'administration Obama, avec notamment une hostilité affichée du Pentagone à l'idée de partager des données militaires avec Moscou.

    Une question se pose si Washington enterre définitivement l'option du dialogue avec Moscou : c'est celle du plan B, de la politique qui sera celle des Etats-Unis pour tenter de venir en aide à la rébellion. Selon des informations de l'agence Reuters, plusieurs options seraient sur la table : la livraison d'armes plus sophistiquées aux rebelles syriens, ou encore l'envoi de forces spéciales pour entraîner les rebelles. Ces mesures risquent néanmoins d'être largement insuffisantes face aux moyens considérables déployés par la Russie pour venir en aide au régime syrien.

    La Russie, qui a opposé une fin de non-recevoir à la mise en garde de John Kerry, va d’ailleurs poursuivre ses opérations aériennes en Syrie, en dépit des appels du secrétaire d'Etat américain en faveur d'un arrêt des bombardements, a déclaré à la mi-journée le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.