GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Obsèques de Shimon Peres: Barack Obama en Israël, face à l'un de ses échecs

    media Relancer le processus de paix israélo-palestinien était un objectif pour Barack Obama. Mais en huit ans de présidence, le 44e président des Etats-Unis n'y est pas parvenu. REUTERS/Kevin Lamarque

    Des dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement sont à Jérusalem ce vendredi 30 septembre 2016, pour un dernier hommage à Shimon Peres. L'ancien président israélien, lauréat du prix Nobel de la paix, sera inhumé au cimetière du Mont Herzl. A quelques mois de la fin de son second mandat, le président américain Barack Obama revient pour l'occasion à Jérusalem, où il avait tenté en vain, il y a trois ans, de relancer le processus de paix israélo-palestinien.

    Avec notre envoyé spécial à Jérusalem,  Nicolas Falez

    Ce sera l'adieu d'un prix Nobel à un autre. Shimon Peres a été distingué en 1994 pour son rôle dans le processus de paix israélo-palestinien, aux côtés d'Yitzhak Rabin et de Yasser Arafat. Barack Obama, lui, a reçu le prix Nobel de la paix en 2009, l'année de son arrivée à la Maison Blanche et de son célèbre discours du Caire, dans lequel il proclamait que la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens devait cesser.

    Avant les obsèques de Shimon Peres, Barack Obama ne s'est rendu qu'une seule fois en Israël et en Palestine en tant que président des Etats-Unis. C'était en 2013. Il chargeait alors son secrétaire d'Etat John Kerry de travailler à la relance des négociations israélo-palestiniennes. Quelques mois plus tard, c'était l'échec. Une fois de plus. A l'heure du bilan des deux mandats de l'administration Obama, force et de constater que cette dernière n'a pas su ressusciter le processus de paix.

    A Jérusalem ce vendredi, le président américain se tiendra au côté du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, l'homme qui lui tient tête depuis plus de sept ans. Ils ensemble hommage à Shimon Peres, aux côtés du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, ou encore de Bill Clinton, ancien président américain et parrain des accords d'Oslo. Tous réunis pour des funérailles, qui seront aussi, un peu, celles du processus de paix...

    → À relire : Entente cordiale de façade entre Obama et Netanyahu à l'ONU

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.