GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L'otage franco-tunisienne enlevée au Yémen a été libérée

    media Nourane Houas, enlevée au Yémen, a été libérée ce lundi 3 octobre 2016. Crédit : CICR

    L’otage franco-tunisienne Nourane Houas a été libéré et transférée lundi soir 3 octobre à Mascate, annoncé le Sultanat d’Oman. Employée par le Comité international de la Croix-Rouge, elle était détenue au Yémen depuis le 1er décembre dernier.

    Avec AFP,

    Après plus de dix mois de captivité, Nourane Houas a retrouvé la liberté lundi, ont annoncé le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et l'Elysée. Elle a été transférée à Mascate, a annoncé le Sultanat d’Oman.

    La Franco-Tunisienne avait été enlevée le 1er décembre 2015 au Yémen, où elle était employée par le CICR. Elle était responsable d’un programme de protection humanitaire à Sanaa, la capitale sous contrôle des rebelles chiites Houthis . Un employé yéménite avait également été enlevé en même temps qu’elle, mais il avait été relâché quelques heures plus tard.

    Le ministère des Affaires étrangères omanais a indiqué avoir réussi « à la demande des autorités françaises, sur instruction du sultan Qabous et en coordination avec certaines parties yéménites, à retrouver l'otage et à la transférer lundi soir au sultanat en attendant son rapatriement ». Oman a déjà joué le rôle d'intermédiaire dans plusieurs affaires d'enlèvements d'étrangers.

    Dans une vidéo diffusée en mai dernier, elle était apparue pour la première fois et avait lancé un appel à François Hollande, au président yéménite et aux responsables du CICR se disant en très mauvaise santé et en danger de mort.

    Cet été, au mois d’août, les réseaux sociaux tunisiens qui sont toujours restés mobilisés appelaient à ne pas l’oublier. Côté français, la mobilisation a été plus discrète sachant que la nationalité française de l’otage n’a été connue qu’au mois de mai. Le CICR avait pour sa part indiqué ne pas vouloir « spéculer sur l'identité des ravisseurs ni commenter davantage la vidéo », « implorant ses ravisseurs à la libérer saine et sauve ». Le Yémen a connu de nombreux enlèvements d'étrangers ces dernières décennies. Dont certains plus récent ont été le fait de groupes extrémistes comme al-Qaïda, très présent dans le sud du pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.