GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Mars
Samedi 25 Mars
Dimanche 26 Mars
Lundi 27 Mars
Aujourd'hui
Mercredi 29 Mars
Jeudi 30 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Irak: deux commandos français blessés par un engin artisanal

    media Des soldats peshmergas à l'entrainement, non loin d'Erbil, le 23 septembre 2016. REUTERS/Azad Lashkari

    Deux membres de forces spéciales françaises ont été gravement blessés dans le nord de l'Irak. Les faits se seraient déroulés le 2 octobre dernier, et l'état-major français n'a toujours pas confirmé l'information. Ces commandos parachutistes (CPA10) font partie des 150 forces spéciales françaises officiellement déployées à Erbil. Habitués des terrains difficiles, ces militaires ont certainement été surpris par un engin piégé d'un type inédit.

    L'information a été révélée dès jeudi dernier par le blog spécialisé le Mamouth, qui parlait déjà de deux blessés dont un grave dans les rangs des commandos parachutistes de l'air qui appartiennent au Commandement des opérations spéciales (COS). Interrogé le jour même, l'état-major à Paris s'était refusé à tout commentaire.

    Depuis les soldats français ont été évacués vers un hôpital militaire parisien, mais l'un d'eux serait toujours entre la vie et la mort. Ces militaires des forces spéciales opèrent généralement à partir d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien. D'ailleurs, deux combattants peshmergas ont également trouvé la mort le même jour.

    Ce lundi, le journal Le Monde révèle le mode d'action employé par les jihadistes de l'organisation de l'Etat islamique. Ils ont, semble-t-il, envoyé vers les lignes françaises un drone piégé. On ignore encore dans quelles circonstances l'engin artisanal porteur de la charge a explosé, mais les militaires souffriraient surtout de graves blessures aux membres inférieurs.

    En clair : soit c'était une bombe volante, qui n'a explosé qu'une fois au sol, soit le drone était un « appât » destiné à attirer l'attention des parachustistes et ne s'est déclenché une fois récupéré par les soldats. Toujours selon Le Monde, d'autres blessés plus légers seraient à déplorer.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.