GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Egypte: le président al-Sissi contraint aux réformes sous la pression du FMI

    media Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le 19 septembre 2016 à New York. REUTERS/Carlo Allegri

    Des réformes « difficiles mais inévitables ». C'est ce à quoi l'Egypte est contrainte, d'après le président Abdel Fatah al-Sissi. Dans un entretien accordé aux principaux quotidiens du pays ce samedi 15 octobre, le maréchal justifie le programme de redressement budgétaire imposé par le Fonds monétaire international. Le FMI va prêter 12 milliards de dollars à l'Egypte, sur trois ans. Une entrée d'argent dont le pays, économiquement mal en point, a cruellement besoin, surtout depuis que les relations entre le Caire et les monarchies du Golfe ne sont plus au beau fixe.

    Abdel Fatah al-Sissi justifie les mesures douloureuses prises ces derniers mois par son gouvernement : la réduction des subventions au carburant et à l'électricité, qui coûtaient près de 16 milliards de dollars par an à l'Etat. Mais aussi l'augmentation des impôts et des prix des cigarettes et de l'alcool. Des efforts demandés par les bailleurs de fonds internationaux, FMI en tête. Ce dernier a promis en août dernier le versement d'un prêt de 12 milliards de dollars sur trois ans. Une aide indispensable, compte tenu du déficit budgétaire du pays, qui équivaut à 11 % du PIB, mais aussi de l'effondrement des réserves de change.

    Contre cette aide, le Caire s'est engagé à poursuivre les réformes, comme l'introduction de la TVA. Cette fois, le gouvernement ne peut plus reculer sur ses promesses comme il l'avait fait depuis 2011. Le vieil allié saoudien n'est plus là pour lui prêter de l'argent à des taux très réduits. Car depuis plusieurs mois, le régime de Riyad montre, par des mesures de rétorsion économique, qu'il est mécontent du rapprochement de l'Egypte avec la Russie. Pas plus tard que cette semaine, la compagnie nationale du pétrole saoudien a décidé de suspendre ses livraisons de fuel à l’Egypte. La veille, le Caire avait soutenu à l'ONU une résolution russe sur la Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.