GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Janvier
Vendredi 20 Janvier
Samedi 21 Janvier
Dimanche 22 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 24 Janvier
Mercredi 25 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Une centaine de vols annulés ce lundi à l'aéroport londonien d'Heathrow en raison d'un brouillard dense et épais
    • Les rebelles syriens indiquent qu'ils «continueront le combat» si les négociations d'Astana échouent (porte-parole)
    • Martine Aubry et ses proches voteront pour Benoît Hamon au second tour de la primaire à gauche (communiqué)
    • François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, ce lundi à Berlin, pour «renforcer la relation franco-allemande»
    • Primaire à gauche: plus de 1,6 million de bulletins de vote comptabilisés à 11h, ce lundi 23 janvier (Haute autorité)
    • Cinq soldats égyptiens tués dans la péninsule du Sinaï le dimanche 22 janvier par des «éléments fondamentalistes» (armée)
    Moyen-Orient

    Yémen: la coalition arabe reconnaît avoir mené le raid meurtrier à Sanaa

    media Photographie du lieu bombardé «par erreur» par la coalition arabe, à Sanaa, au Yémen, le 8 octobre 2016. REUTERS/Khaled Abdullah

    Au Yémen, un raid de la coalition samedi 8 octobre avait tué plus de 140 personnes et fait plus de 500 blessés. La coalition arabe menée par l'Arabie saoudite reconnaît aujourd'hui avoir mené par erreur ce raid meurtrier. Les victimes et blessés étaient rassemblés pour des funérailles dans la capitale Sanaa quand l'attaque a été menée. 115 de ces blessés sont actuellement acheminés vers Oman, au moins 300 personnes blessées lors du raid nécessitent des soins à l'étranger. La coalition arabe reconnaît donc une bavure.

    L'équipe d'enquête mise en place par la coalition arabe a révélé que le raid a été mené « en l'absence de précautions d'usage et sans l'accord du plus haut commandement ». C'est d'après une « information erronée » que l'avion de la coalition menée par l'Arabie saoudite « a visé cet endroit entraînant la mort et les blessures de civils » précisent les enquêteurs. Il s'agit là d'une grande salle de Sanaa, contrôlée par les rebelles houthis, où des centaines de personnes étaient rassemblées pour les funérailles du père d'un haut responsable, le « ministre de l'Intérieur » Jalal al-Rouichène.

    L'enquête recommande de sanctionner les personnes responsables de cette bavure, ainsi que de dédommager les victimes. Les « règles d'engagement » des opérations militaires au Yémen devraient également être revues. Suite à cette frappe meurtrière, condamnée à travers le monde, les Etats-Unis avaient annoncé un réexamen de leur soutien à la coalition.

    Selon les rebelles houthis, ainsi que l'ancien président yéménite Ali Abdellah Saleh, l'Arabie saoudite était la principale responsable du bain de sang à Sanaa, une accusation que Riyad avait niée jusqu'à présent.

    On peut y voir plus qu'une bavure dans le sens où, c'est vrai, il s'agissait d'une séance de condoléances...
    Franck Mermier, de l'Institut français du Proche-Orient. 15/10/2016 - par Domitille Piron Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.