GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    [Reportage] Irak: un vendredi de prière sous tension à Bagdad

    media Un vendredi matin dans la rue Rashid de Bagdad (photo d'archives). RFI/Angélique Férat

    Le groupe Etat Islamique contre-attaque. Alors que l’organisation terroriste subit l’offensive des forces irakiennes contre son bastion de Mossoul, les jihadistes ont lancé deux attaques suicides. Elles ont ciblé vendredi 21 octobre la ville voisine de Kirkouk. Plus au Sud, Bagdad est également sous haute tension. Des dizaines de combattants islamistes se seraient repliés dans la capitale où le risque d’attentats est très élevé. Le groupe Etat islamique cible généralement les lieux de culte à l’heure des prières. Reportage.

    Avec notre envoyé spécial à Bagdad, Sami Boukhelifa

    Beaucoup d’agitation au pied de la mosquée Cheikh Abd el-Kader, la deuxième plus importante de Bagdad. A l’intérieur les prières de l’imam vont aux habitants de Mossoul. Les fidèles, comme Sayid Salem, se disent également de tout cœur avec les centaines de milliers de civils pris en otage par le groupe Etat islamique dans cette ville. « Tous ces gens vivent une injustice, confie-t-il. A Mossoul, ils sont dans une prison à ciel ouvert. La mort serait moins pénible que ce qu’ils endurent. Ici en Irak nous ne sommes à l’abri nulle part. Dans ta propre maison, dans ta propre chambre tu peux être attaqué. »

    Dans son prêche l’imam appelle les Irakiens à s’unir. Chiites, sunnites, il faut mettre fin à la discorde, implore le cheikh dans son micro. Plus facile à dire qu’à faire selon cet autre fidèle, Abou Ahmed : « Oui nous formons un seul peuple, et notre parole et nos actes doivent en principe nous rassembler. Mais écoutez ce que dit l’imam, il le sait, les gens ont de l’amertume dans le cœur ».

    Ces ressentiments entre les deux principales confessions irakiennes font craindre le pire. L’offensive actuelle contre Mossoul, ville à majorité sunnite, est menée entre autres par des milices chiites. Elles reprochent aux sunnites une proximité avec les jihadistes. Ces milices ont souvent commis des exactions contre les civils.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.