GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 27 Juin
Vendredi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Liban: le Hezbollah confirme son soutien à son allié chrétien Michel Aoun

    media Le secrétaire général du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah. AFP PHOTO / HO / AL-MANAR

    Le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a affirmé que son parti votera pour le leader chrétien Michel Aoun lors de la prochaine séance parlementaire consacrée à l’élection présidentielle le 31 octobre. Cette prise de position conforte la candidature de Michel Aoun, qui avait déjà reçu jeudi le soutien du principal leader sunnite, Saad Hariri

    Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

    Bien que le Hezbollah réaffirme sans relâche depuis deux ans son appui à la candidature de Michel Aoun à la présidence de la République, des doutes subsistaient sur ses véritables intentions. Hassan Nasrallah a balayé d’un revers de la main ces appréhensions, en assurant que tous les membres de son bloc parlementaire éliront Michel Aoun.

    Ce n’est pas le cas de l’autre grand parti chiite, le Mouvement Amal, dirigé par le président du Parlement. Nabih Berry, qui est également un allié du Hezbollah, a annoncé que son bloc ne votera pas pour Michel Aoun. Il a cependant assuré qu'il ne torpillera pas la prochaine séance électorale du 31 octobre, bien qu'il en ait la capacité.

    Cette position signifie que le quorum des deux tiers des membres du Parlement, nécessaire pour la tenue de l’élection, sera atteint après 45 séances infructueuses, tenues ces trente derniers mois.

    Sur le plan arithmétique, Michel Aoun est assuré de la majorité des voix, même si son rival, le député Sleiman Frangié, qui est aussi un proche du Hezbollah, décidait de maintenir sa candidature. Sauf développement imprévu, le Liban a de fortes chances d’avoir un président le 31 octobre, après une vacance de deux ans et demi à la première magistrature de l’Etat.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.