GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Attaques chimiques en Syrie: la Russie rejette les conclusions de l'ONU

    media Vitali Tchourkine, l'ambassadeur russe à l'ONU, le 17 décembre 2015. Bryan Thomas / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

    Moscou a une nouvelle fois rejeté jeudi 27 octobre les conclusions d'une commission d'enquête de l'ONU, le Joint mechanism investigation (JIM), qui accuse le régime syrien d'avoir utilisé des armes chimiques contre sa propre population. La Russie menace maintenant de ne pas renouveler le mandat de ces enquêteurs qui s'arrête le 31 octobre prochain et qu'elle accuse d'avoir fourni des résultats biaisés.

    Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

    Les conclusions du rapport sont « contradictoires » ou tout simplement « insuffisantes » pour justifier des sanctions, a assuré l'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine, qui a très ironiquement demandé à ce que la Syrie enquête elle-même sur ces accusations, laissant peu d'espoir aux diplomates occidentaux de pouvoir sanctionner les responsables de ces attaques.

    Pourtant les conclusions de la commission d'enquête de l'ONU sont très fermes. Par trois fois, le régime syrien a déversé du gaz de chlore contre sa propre population en 2014 et en 2015. L'organisation Etat islamique est aussi pointée du doigt pour une attaque au gaz moutarde dans le nord de la Syrie en août 2015.

    Ces faits poussent Paris et Londres à réclamer des sanctions contre Damas arguant que si le Conseil de sécurité n'est pas capable de s'unir pour lutter contre l'utilisation d'armes de destruction massive au XXIe siècle, alors son utilité est bien vaine. Mais le temps presse et le mandat de cette commission d'enquête doit être renouvelé avant le 31 octobre. Moscou semble jouer la montre et pourrait négocier l'abandon des sanctions contre un renouvellement pour un an de cette commission d'enquête.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.