GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 26 Mai
Lundi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes (sondage sortie des urnes)
    • Venezuela: au moins 23 détenus tués dans des affrontements avec la police (ONG)
    • Soudan: la contestation annonce une grève générale de deux jours à partir de mardi
    Moyen-Orient

    Bataille de Mossoul: la mission à hauts risques de la Golden Division

    media La Golden Division, division d'élite spécialisée dans le contre-terrorisme ici à l'entraînement en mars 2016, notamment chargée du déminage des zones piégées, sera la première à entrer dans Mossoul. SABAH ARAR/AFP

    Dix jours déjà que la bataille de Mossoul a été lancée en Irak. Dix jours d’une offensive marquée par la mort de 900 combattants du groupe Etat islamique. L’estimation est signée d’un général américain de la coalition internationale. Côté kurde et irakien en revanche, moins de 90 soldats seraient pour l’instant tombés au combat. Pour tous les observateurs cependant, ces pertes risquent de grimper en flèche lorsque les combats auront lieu dans la ville même de Mossoul. Et parmi la colonne de tête qui pénètrera dans la cité, il y aura la Golden Division, une troupe d’élite de l’armée irakienne.

    Avec notre envoyé spécial sur le front de Mossoul,

    La Golden Division, avec laquelle nous avons passé ces dernières heures, n’était plus ce vendredi matin qu’à une dizaine de kilomètres seulement de Mossoul. Cette division d'élite ouvrira la voie au reste des forces irakiennes elles-mêmes. Elle mène son offensive à partir du front est, le plus compliqué et le plus dangereux de cette bataille pour la libération de la deuxième ville d'Irak.

    Neutraliser les explosifs

    Les villages déjà reconquis sont ravagés. Ils portent les stigmates des combats entamés il y a près de deux semaines. En se retirant, les jihadistes ont semé un champ de mines et piégé presque toutes les routes et toutes les maisons. Et en plus de la reconquête, la Golden Division est donc chargée de neutraliser tous ces engins explosifs.

    Ecoutez le reportage de notre envoyé spécial avec les soldats de la Golden division irakienne 28/10/2016 - par Sami Boukhelifa Écouter

    Les Humvee de la Golden Division filent à toute allure au milieu du désert. Au volant de l’un des blindés : le sous-lieutenant Oussama Imad. Il est âgé de 25 ans à peine, comme tous ses compagnons, et porte une immense responsabilité sur les épaules.

    « Je dois être très vigilent, faire attention à la route pour ne pas rouler sur une mine ou un engin explosif… Regardez ici, c’est la trace d’une déflagration », explique-t-il.

    L'idée : conduire et surveiller la route à travers un parebrise blindé mais criblé d’impacts de balles. Le sous-lieutenant est formel, il y parvient sans difficulté. « Ce sont les tirs de snipers de Daech, poursuit Oussama. Ils ciblent généralement les chauffeurs pour forcer les blindés à s’arrêter. S’ils y parviennent, ils tirent une roquette. »

    Entraînés par les Américains

    Nous sommes arrivés au village de Bartella. Libéré cette semaine, il accueille une position d’artillerie, seul moyen selon le sergent-major Majid Akin de la Golden Division d’atteindre les positions jihadistes. « Ils refusent le combat au corps à corps comme des hommes. Dès que nous avançons, ils s’enfuient par leurs tunnels comme des rats. Leur stratégie est de poser des mines et d’envoyer des véhicules piégés. Mais jamais de corps à corps. »

    Sur le front, les combattants de la Golden Division sont identifiables grâce à leurs tenues noires. Ils sont armés et entraînés par les Américains. Forts au combat, aguerris dans le contre-terrorisme, les membres de cette troupe d’élite ne sont pas rattachés au ministère de la Défense irakien mais reçoivent leurs ordres directement du Premier ministre.

     

    Ces petits drapeaux rouges signalent des engins explosifs dans la région de Fadiliya, village au nord de Mossoul. Ces engins devront être neutralisés pour permettre l'avancée des troupes irakiennes ou kurdes. REUTERS/Ahmed Jadallah

    Si leur plan se déroulent comme prévu, ils seront dans quelques jours les premiers à entrer dans Mossoul et les espoirs des Irakiens reposent sur les épaules de ces jeunes gens. Mais la route vers la deuxième plus grande ville du pays est encore longue. Remonter les dix derniers kilomètres pourrait prendre encore plusieurs semaines.

     

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.