GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Iran: le ministre de la Justice pour la révision de la loi sur la peine de mort

    media Selon l'ONU, l'Iran a exécuté près d'un millier de personnes en 2015. REUTERS/Morteza Nikoubazl

    Le ministre iranien de la Justice, Mostapha Pourmohammadi, a prôné une révision de la loi sur la peine capitale. C'est une déclaration importante car, selon les Nations unies, il y a eu en 2015 quelque 1000 exécutions.

    Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

    Cette déclaration est d'autant plus importante qu'elle a été faite par le ministre de la Justice. « Ces dernières années, le nombre des exécutionsn'a pas été efficace. Il faut qu'il y ait une révision de la loi sur la peine de mort », a déclaré Mostapha Pourmohammadi.

    La justice iranienne ne publie pas de chiffres sur le nombre des exécutions. En Iran, le meurtre, le viol, le vol à main armée, le trafic de drogue et l'adultère sont passibles de la peine capitale. Mais selon les autorités, 93% des exécutions sont liées au trafic de drogue.

    Le ministre de la Justice a ajouté qu'il fallait trouver « des peines de substitution à la peine capitale ». Mais il a ajouté qu'on ne pouvait pas abolir totalement la peine de mort pour les crimes les plus graves.

    Le ministre de la Justice est simplement chargé des relations entre le gouvernement et l'autorité judiciaire, qui détient le vrai pouvoir en matière de justice en Iran. Mais l'autorité judiciaire elle-même semble vouloir accepter une modification de la loi pour assouplir la peine capitale.

    Le chef de l'autorité judiciaire, l'ayatollah Sadegh Larijani, a lui-même a affirmé que la loi n'était pas inscrite dans le marbre et pouvait être changée.

    → A (re) lire : Peine de mort: Amnesty dénonce une «frénésie» d'exécutions en 2015

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.