GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
    • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
    • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney
    Moyen-Orient

    [Reportage] Dans les églises détruites d'Irak avec la Golden Division

    media Une église de Bartella incendiée par les jihadistes. © RFI

    La Golden Division est une unité d’élite des forces irakiennes formée par les Américains. Depuis le début de l’offensive pour la libération de Mossoul, il y a près de vingt jours, les jeunes combattants de cette force antiterroriste sont en première ligne. Ce sont eux qui ont libéré Bartella, village à majorité chrétienne situé à 15 kilomètres à peine à l’est de la deuxième ville d'Irak. Notre envoyé spécial a pu embarquer dans la colonne de blindés auprès de ces soldats en guerre.

    De notre envoyé spécial sur le front de Mossoul

    Au volant de son Humvee, le sous-lieutenant Oussama Imad garde toujours son fusil d’assaut à portée de main. Dans l’habitacle du blindé, un véritable arsenal de guerre : des caisses de balles, un bazooka, des grenades et surtout une croix chrétienne en argent, accrochée par le sous-lieutenant et ses compagnons.

    « Non, je ne suis pas chrétien, mais nous sommes venus libérer une région chrétienne. Alors, en tant qu’Irakien, musulman chiite, je veux dire aux chrétiens d’Irak qu’il n’y a aucune différence entre nous. Voilà pourquoi j’ai accroché cette croix », explique Oussama.

    Le sous-lieutenant Oussama Imad a accroché une croix dans l'habitacle de son véhicule blindé en signe de respect aux chrétiens de la région. Sami Boukhelifa/RFI

    Nous entrons dans la cité chrétienne de Bartella. La ville est en ruines, mais certains murs portent encore cette inscription : « Patrimoine immobilier de l’Etat islamique ». Les jihadistes ont saisi les maisons de la communauté chrétienne. A travers l’épaisse vitre du blindé, le lieutenant Qassem Hachem pointe du doigt les églises incendiées. Fin octobre, le jour de la reprise du village, il raconte la scène d’horreur qu'il a découverte :

    « Dans l’église, ils ont profané les tombes des chrétiens, exhumé les corps et volé leurs bijoux et leurs parures. Daech a tout détruit, tout saccagé. Nous avons tenté de nettoyer les lieux et de les remettre en ordre. Nous avons remis en place les portraits du Christ et de la Vierge Marie. Nous avons allumé des cierges. Nous, au sein de la Golden Division, nous combattons d’une main et nous réparons de l’autre. »

    Nous entrons dans l’église de Bartella, en compagnie d’un autre combattant de la Golden Division, le sergent-major Majid Akin. A l’intérieur, l’édifice religieux est calciné. Des débris jonchent le sol. A plusieurs endroits, le carrelage est arraché. Sous nos pieds, certaines dalles craquent. « Ils voulaient construire un tunnel ici », relate notre accompagnateur.

    «Propriété de l'Etat islamique», peut-on encore lire sur le mur de cette église chrétienne de Bartella, en Irak. SAFIN HAMED / AFP

    Sur la route de Mossoul, la Golden Division retrouvera le groupe EI

    Les tunnels creusés dans le sol rocheux de cette région à l’est de Mossoul permettent aux jihadistes d’échapper aux bombardements aériens. Mais, pris de court, les combattants du groupe Etat islamique ne sont pas allés jusqu’au bout de leur projet. A cet endroit, un étroit couloir mène vers la bibliothèque de l’église, ravagée elle aussi.

    « Ils ont brûlé les livres sur le christianisme, confie le sergent-major. Ils ont brûlé l’Evangile. Les chapelets et les croix étaient par terre, nous les avons rassemblés dans ce carton. Comme ça, lorsque les chrétiens reviendront, ils les trouveront. »

    A l'entrée d'une église de Bartella incendiée par les jihadistes. Sami Boukhelifa/RFI

    A l'été 2014, les jihadistes avaient chassé les chrétiens de Bartella pour établir un centre de commandement et un camp d’entrainement dans le village. Mais depuis la reconquête, quelques fidèles ont accompagné le prêtre de l'église. Encadrés par la Golden Division, ils ont pu retrouver leur cité l’espace d’un instant, raconte Majid :

    « Le prêtre nous a dit : " Si vous voulez quelque chose dans les maisons en guise de remerciement, servez-vous ! " Nous lui avons répondu : " Notre récompense est de vous permettre de rentrer chez vous sains et saufs. Prions ensemble, vous chrétiens et nous musulmans. " Et effectivement, nous avons tous prié dans l’église. Durant la messe, le prêtre a dit cette phrase qui m’a marqué : " Je savais que nous les chrétiens allions pouvoir rentrer à la maison. Le Christ ne peut être crucifié deux fois. " »

    Toutefois, la communauté chrétienne, actuellement dans les camps de déplacés près d’Erbil, dans le Kurdistan irakien, devra attendre encore quelques semaines avant de pouvoir retrouver son foyer. La Golden Division a certes sécurisé le village de Bartella, mais les jihadistes repliés 15 kilomètres plus loin à Mossoul constituent encore un réel danger.

    le focus de la rédaction de RFI
    Écouter la version audio du reportage de Sami Boukhelifa, envoyé spécial de RFI sur le front de Mossoul 04/11/2016 - par Sami Boukhelifa Écouter

    → Lire aussi : Les civils fuient les combats aux alentours de Mossoul (reportage)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.