GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Incendies en Israël: près de 60000 personnes évacuées à Haïfa

    media Les pompiers luttent contre les incendies dans le nord de Haïfa, le 24 novembre 2016. REUTERS/Baz Ratner

    D’importants feux de végétation se succèdent en Israël depuis trois jours. Ce jeudi 24 novembre, des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées de Haïfa. Les autorités parlent de «terrorisme».

    Avec notre correspondant à Jérusalem,  Guilhem Delteil

    Les pompiers ont tenté toute la journée de combattre les flammes dans Haïfa, troisième ville d’Israël. Attisé par des vents violents, le feu a atteint les faubourgs de la ville. Des quartiers entiers ont été vidés de leurs habitants. Près de 60 000 personnes ont dû être évacuées ce jeudi soir. Certains ont fui en voiture pour trouver refuge chez des proches, d’autres ont rejoint des points de ralliement désignés par la mairie. L’université de Haïfa a également été fermée. Deux prisons ont été vidées.

    Pour combattre ces incendies, le gouvernement a sollicité l’aide internationale. La Turquie, la Russie, la Grèce, Chypre et l’Italie y ont déjà répondu. La France a annoncé l’envoi de trois avions de la Sécurité civile. Mais si les vents devaient baisser d’intensité ces prochains jours, l’air devrait rester très sec et ainsi compliquer la tâche des pompiers.

    Incendie à Haifa, le 24 novembre 2016. AHMAD GHARABLI / AFP

    Netanyahu promet la plus grande sévérité

    Si le climat était propice à un embrasement – il n’a pas ou très peu plu depuis le début de l’automne –, le gouvernement est persuadé que certains de ces feux ont été déclenchés volontairement. Le Premier ministre Benyamin Netanyahu a affirmé ce jeudi soir que les feux volontaires relevaient du terrorisme et seraient traités comme tels. Le chef du gouvernement promet une extrême sévérité.

    Le Shin Bet, le service de renseignement intérieur, a été appelé en renfort sur cette enquête. Plusieurs personnes ont déjà été interpellées, mais la police se refuse pour le moment à tout commentaire.

    Plus tôt, le ministre de l’Education, leader du parti religieux Le Foyer juif, avait affirmé sur son compte Facebook « seul celui à qui le pays n’appartient pas est capable de le faire brûler ». Aucun responsable gouvernemental ne les nomme directement, mais c’est vers les Palestiniens ou les Arabes israéliens que les regards se tournent. Des élus et le Haut Comité de surveillance arabe voient dans ses propos une incitation à la haine à l’égard de cette communauté.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.