GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Yémen: l'émissaire des Nations unies exhorte les belligérants à respecter l'accord de trêve (Twitter)
    • Brésil: le fils de Bolsonaro se déclare en faveur d'un référendum sur la peine de mort («O Globo»)
    • Mort de Bernard Darty, cofondateur de l'enseigne d'électroménager (Fnac Darty)
    • Affaire Khashoggi: Guterres (ONU) juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée
    Moyen-Orient

    A Kirkouk, ville multiethnique, les Arabes soupçonnés de complicité avec EI

    media Les forces kurdes irakiennes, les pershmergas, montent la garde au sud de Kirkouk. Marwan IBRAHIM / AFP

    Les forces kurdes combattent, avec d'autres, le groupe Etat islamique en Irak. La semaine dernière, le président du Kurdistan irakien a assuré que les peshmergas ne se retireraient pas des zones reprises à l’EI. C’est le cas notamment à Kirkouk, où les jihadistes ont mené une attaque dans le centre-ville, il y a un peu plus d’un mois, aidés par des cellules dormantes. Une cérémonie a eu lieu après 40 jours de deuil des victimes.

    Avec notre envoyée spéciale à Kirkouk,  Oriane Verdier

    De nombreuses familles se sont rassemblées en mémoire de leurs proches. Toutes les communautés de la ville de Kirkouk étaient représentées : Arabes, Kurdes et Turkmènes. Car l’organisation Etat islamique n’a pas fait de différence dans ses victimes. Ainsi, malgré plusieurs dizaines de morts, la vie a repris dans cette ville du Kurdistan irakien.

    Cependant, depuis cette dernière attaque, une distance s’est installée entre les habitants arabes et les autres. Le gouvernement kurde, dont les soldats dirigent Kirkouk, a d’ailleurs expulsé plusieurs familles.

    Ces personnes venaient de régions sous l’autorité de l’organisation Etat islamique. Un professeur d’université kurde, installé au premier rang de la cérémonie de deuil, assurait d'ailleurs à RFI, sans sourciller, qu’il était normal que ces familles soient mises dehors, pour qu’elles ne prennent pas le travail ni l’électricité des habitants de Kirkouk.

    C’est donc une double peine que vivent les foyers arabes. Ils sont eux aussi victimes du groupe Etat islamique, mais ils se voient également rejetés par leurs voisins de longue date, car soupçonnés de complicité avec le groupe terroriste.

    → À relire : La région de Kirkouk frappée par une série d'attaques jihadistes

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.