GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Février
Vendredi 16 Février
Samedi 17 Février
Dimanche 18 Février
Aujourd'hui
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: exactions sur les civils des quartiers rebelles, sur le point de tomber

    media Enfants fuyant les poches rebelles d'Alep-Est, le 12 décembre 2016. REUTERS/Abdalrhman Ismail

    En Syrie, l’armée du régime a étendu son contrôle sur presque la totalité de la ville d’Alep, à l’issue d’un mois d’offensive et quatre ans après l’occupation par les rebelles de la partie orientale de l’ancienne capitale économique du pays. Les insurgés se sont battus jusqu’au bout, mais devant la puissance de feu des troupes gouvernementales et de ses alliés, leurs choix étaient limités. Les appels au cessez-le-feu se multiplient et le Haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'homme confirme que des civils ont été exécutés par les forces pro-gouvernementales.

    Après l’effondrement dramatique de leurs lignes de défense, les rebelles se sont repliés, lundi après-midi, vers le quartier de Salaheddine, un réduit de deux kilomètres carrés, indéfendable et totalement encerclé. Selon des sources militaires russes et syriennes, près de 800 insurgés se sont rendus aux troupes gouvernementales ces dernières 24 heures.

    Des médias arabes proches de l’opposition syrienne ont fait état d’exécutions sommaires de rebelles et de civils, capturés par l’armée syrienne et ses alliés. Des habitants d'Alep joints par RFi confirment ces exactions : des atrocités sont commises.

    Ce mardi, dans une conférence de presse, le porte-parole du haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'homme confirme que « au moins » 82 civils dont des femmes et des enfants, ont été exécutés dans des quartiers d'Alep-Est repris aux rebelles par les forces pro-Assad. 

    La nuit de l'horreur

    François Hollande: «un sentiment de révolte face à ces massacres à répétition dont la population civile est la cible» 13/12/2016 - par Toufik Benaichouche Écouter

    La nuit de lundi à mardi a été la nuit de l’horreur. Les combattants de l’opposition sont défaits incapables de stopper la progression des miliciens pro-régime. Des mercenaires afghans, iraniens, irakiens transforment les derniers secteurs aux mains de l’opposition en abattoir. Des civils sans défense sont massacrés par balles ou égorgés. Abd el Wahab Abou Zeid, militant de l’opposition, l’un des contacts de RFI à Alep lance un appel à l'aide. « Nous, habitants d’Alep, nous implorons la communauté internationale, nous demandons au monde entier, à tous ceux qui peuvent entendre les cris de nos femmes et de nos enfants : aidez-nous !
    Mobilisez-vous pour nous, faites ce qui est en votre pouvoir. Je m’adresse à tous les peuples, au peuple français : faites quelque chose, manifestez, ou simplement condamnez ce qui nous arrive. Soutenez-nous !
    Les forces du régime sont en train d’exécuter nos enfants et nos femmes en pleine rue.
    Les combattants de l’opposition n’ont que faire du contrôle de territoires... On ne défend pas les pierres, on défend les vies humaines. Les forces du régime et leurs alliés russes et iraniens commettent un génocide ! »

    « Ils sont en train de commettre un génocide »

    Les civils fuient les dernières poches tenues par les rebelles dans la ville d'Alep assiégée par les forces gouvernementales syriennes, le 12 décembre 2016. REUTERS/Abdalrhman Ismail

    « Les forces du régime sont en train d’exécuter par balles des civils dans le quartier de Ferdous dans les secteurs assiégés d’Alep, témoignait lundi soir ce même habitant d'Alep, joint par RFI. Parmi ces civils il y a des femmes et des enfants... Ils sont en train de commettre un génocide. Ils tirent sur tout ce qui bouge et ne font aucune distinction entre un adulte et un enfant. Des familles s’entassent dans les rues de ce qu’il reste encore des quartiers d’Alep-est contrôlés par l’opposition. Et il y a aussi des dizaines de tirs d’obus. Les aviations russe et syrienne sont omni-présentes au-dessus de nos têtes... C’est la fin ici dans la zone assiégée ».

    A Alep Ouest, c'est la fête

    Plusieurs civils se sont filmés. Tous débutent leur vidéo par cette phrase : c’est probablement la dernière fois que je vous parle. Derrière eux on entend des tirs, des bombardements. Impuissants, ils attendent la mort. Damas et le Hezbollah libanais démentent toute exaction contre les populations civiles.

    Le récit de Safa Mkana, envoyée spéciale de MCD à Alep: «Les habitants d'Alep-Ouest sont sortis spontanément hier soir dans les rues pour exprimer -si j'ose dire- leur joie...» 13/12/2016 - par MC-Doualiya Écouter

    Pendant que les civils qui le peuvent quittent leurs quartiers dévasté pour gagner les secteurs tenus par les troupes gouvernementales, les habitants d’Alep-Ouest, sous contrôle du gouvernement de Bachar el-Assad, n’ont pas attendu l’annonce officielle de la fin de la bataille pour célébrer la libération et la réunification de la ville, rapporte notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh. A pied ou en voiture, des centaines de personnes ont sillonné les rues, scandant des slogans à la gloire de l’armée syrienne et du président Bachar al-Assad.

    Les civils, des « boucliers humains »

    Pour Elia Kajamini, habitant d’Alep-Ouest, soutien du régime de Damas, l’armée syrienne peut être fière de sa victoire. Elle débarrasse Alep des terroristes. Seul regret : n’avoir pas pu sauver ces milliers de civils syriens à Alep-est. Pour lui leur mort n’est pas due aux bombardements mais elle est à mettre sur le compte des rebelles, comme il l'explique à RFI. « Durant les six dernières semaines, l’Etat syrien, l’armée syrienne, et la mairie d’Alep ont ouvert des couloirs humanitaires. Ils ont affrété des bus pour permettre l’évacuation d’Alep-Est. Il y avait des couloirs réservés aux civils et d’autres réservés aux combattants rebelles. Ceux qui acceptaient de déposer les armes pouvaient être évacués vers d’autres régions en Syrie ou alors accepter les termes d’une réconciliation nationale et revenir à la vie civile. Seuls quelques civils sont finalement parvenus à emprunter ces couloirs et s’échapper de l’enfer des zones rebelles. »

    Selon Elia Kajamini, les milliers de civils restés à Alep étaient retenus en en otages par les rebelles. Tous ceux qui tentaient de fuir, de quitter les quartiers orientaux étaient exécutés par ces combattants de l’opposition ont commis des caranges. Ils ont utilisé les civils comme boucliers humains.

    Alep: dans les quartiers fidèles au président Bacahr el-Assad, c'est la fête à l'annonce de la chute imminente des dernières poches de résistance à l'est de la 2e ville du pays. REUTERS/Omar Sanadiki

    Les combats se poursuivent à Palmyre

    A Palmyre, reprise dimanche par le groupe Etat islamique, les nouvelles étaient, en revanche, moins bonnes pour l’armée syrienne. Les nouvelles lignes de défense établies à la hâte à l’ouest de Palmyre par les troupes gouvernementales n’ont pas résisté longtemps : les jihadistes ont poursuivi leur progression lundi, occupant le champ gazier de Hayan, au sud-ouest de la ville antique. Les combattants du groupe Etat islamique se sont rapprochés de l’aérodrome T4, situé à 50 kilomètres à l’ouest de Palmyre, utilisé par les hélicoptères russes et syriens. Plusieurs roquettes se sont abattus sur le site, qui n’avait jamais été menacé depuis le début de la guerre. Mais l’avancée des jihadistes devrait être ralentie par l’étirement de leurs lignes de ravitaillement et par les importants renforts acheminés par l’armée syrienne et le Hezbollah libanais.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.