GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bolivie: 4 nouveaux morts dans des manifestations (Commission intéraméricaine des droits de l'Homme)
    Moyen-Orient

    Crash du vol EgyptAir: des traces d'explosifs retrouvées sur les victimes

    media L'appareil de la compagnie EgyptAir disparu en Méditerranée, de type A320, photographié à Bruxelles le 4 janvier 2015. Kevin Cleynhens/ via Reuters

    La commission d’enquête égyptienne a annoncé ce jeudi 15 décembre que des traces d’explosifs ont été trouvées sur des victimes du vol MS804 Paris-Le Caire d’Egyptair. L'avion s’était abîmé en Méditerranée au nord d’Alexandrie le 19 mai dernier, avec 66 personnes à bord.

    Selon la commission d’enquête, le rapport des médecins légistes égyptiens indique avoir décelé des traces de produits explosifs sur les restes de certaines des victimes. La commission a ajouté avoir déféré l’affaire devant le parquet égyptien pour « suspicion d’acte criminel à l’origine de l’incident ».

    Les informations disponibles jusqu’à présent, après l’analyse des boites noires, avaient indiqué qu’un incendie s’était déclaré dans la cabine de pilotage. Le pilote a cherché à maitriser l’appareil tandis que le copilote a vainement tenté d’éteindre l’incendie avant que l’Airbus A320 ne s’écrase, rappelle notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti.

    L’incendie a dû être extrêmement rapide puisque les pilotes n’ont pas lancé de message de détresse. Ce sont des navires français munis d’engins spécialisés dans la plongée profonde qui ont pu récupérer les restes de l’avion et des victimes. Il y avait notamment 40 Egyptiens et 15 Français à bord du vol MS804 Paris-Le Caire.

    Mais pour le moment, le Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile (BEA) juge impossible de tirer des conclusions sur l'origine du crash. « En l'absence d'informations détaillées sur les conditions dans lesquelles ont été effectuées les prélèvements et les mesures ayant conduit à la détection de traces d'explosifs, le BEA considère qu'il n'est pas possible à ce stade d'en tirer des conclusions sur l'origine de l'accident », a déclaré une porte-parole à l'agence Reuters.

    «Ça ne nous surprend pas»

    Une annonce qui ne surprend pas maître Sébastien Busy, l'avocat des familles des victimes. « Cette nouvelle est une vraie fausse nouvelle. On savait depuis le mois d’août que les Egyptiens prétendaient avoir retrouvé des traces de TNT sur les débris. Il semblerait que cette nouvelle soit la suite logique de la nouvelle du mois d’août. Ça ne nous surprend pas. D’autant plus qu’elle survient le lendemain de la mise en ligne d’une pétition des familles des victimes françaises pour qu’elles puissent enfin obtenir la restitution des corps de leurs proches. Le rapport de l’institut médico-légal du Caire date maintenant de plus de 3 mois et on découvrirait aujourd’hui des traces d’explosifs sur les corps des victimes ? Ça me laisse à la fois pantois et dubitatif sur la volonté des Egyptiens. J’ai la sensation que les Egyptiens voudraient que ce soit un acte de terrorisme pour permettre d’impliquer Paris. »

    Même scepticisme du côté des proches. Sophie a perdu son fils dans cet accident, elle ne croit pas aux révélations des autorités égyptiennes. « On ne sait pourquoi, l'Egypte ne veut pas rendre 15 corps. On ne comprend pas comment la France accepte un tel chantage. Ça fait sept mois qu’on attend de récupérer nos proches pour les enterrer. Les autorités françaises ne nous disent pas grand-chose, on apprend les informations par les médias, on est traité d’une façon absolument lamentable. On ne peut pas récupérer les notre pour les enterrer, le ministère des Affaires étrangères nous ballade. Cette espèce de silence, d’omerta, pour 15 personnes pour un crash, n’a aucun sens. Nous demandons Hollande de nous recevoir, on lui demande de prendre l’engagement de régler politiquement et diplomatiquement ce dossier avec l’Egypte. Ce n’est pas aux ressortissants français de le faire. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.