GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Législatives en Inde: on constaterait un nette avance du BJP de Modi dans les premières tendances du dépouillement
    • Législatives en Inde: début du dépouillement (commission électorale)
    • Le japonais Panasonic suspend ses transactions avec Huawei (porte-parole)
    Moyen-Orient

    David Friedman, l'ambassadeur américain qui compte travailler à Jérusalem

    media Le président élu des Etats-Unis Donald Trump a annoncé, jeudi 15 décembre 2016, la nomination comme ambassadeur en Israël de David Friedman qui a dit avoir hâte de remplir sa mission «dans la capitale éternelle d'Israël, Jérusalem» (photo datée de 2010). Bradley C. Bower/Bloomberg via Getty Images

    David Friedman a été désigné, jeudi 15 décembre, par le futur président américain pour être le prochain ambassadeur des Etats-Unis en Israël. L'ambassadeur nommé par Donald Trump entend appliquer au plus vite une promesse de campagne du républicain, qui a assuré que les Etats-Unis reconnaîtraient Jérusalem comme la capitale d'Israël. Sa nomination a aussitôt été critiquée par l'association progressiste juive américaine J Street qui a dénoncé un choix irresponsable. David Friedman a en effet des positions très tranchées sur le conflit israélo-palestinien.

    De notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Ses premiers mots après sa désignation ont été rapportés par l'équipe de Donald Trump. David Friedman affirme avoir « hâte » de travailler pour la paix au Proche-Orient « depuis l'ambassade américaine dans la capitale éternelle d'Israël, Jérusalem ».

    Une déclaration guère surprenante aux vues de ses opinions personnelles. David Friedman est un soutien à la colonisation israélienne en Cisjordanie : il est le président de l'association des Amis américains de Beit El, du nom d'une colonie israélienne située à la sortie de Ramallah. Il est aussi un adversaire déclaré d'une solution à deux Etats, le plan de paix défendu par la communauté internationale : « il n'y a jamais eu de solution à deux Etats, juste une narration à deux Etats » a t-il écrit en février dernier appelant à changer de discours.

    Des positions très à droite qui « font passer Benyamin Netanyahu », l'actuel chef du gouvernement, l'un des plus conservateurs de l'histoire d'Israël, « pour un gauchiste » écrit un éditorialiste du journal Haaretz.

    Le gouvernement israélien n'a pas réagit à cette annonce. Mais le premier à s'exprimer a été le conseil de Yesha, instance représentant les colons de Cisjordanie qui a salué un homme qui a « un amour profond pour tout le pays et tout le peuple d'Israël ».

    David Friedman, fidèle de Trump et soutien de la colonisation

    Avocat spécialiste des faillites, David Friedman, 57 ans, est un ami personnel de Donald Trump qu'il a conseillé lorsque les casinos du milliardaire ont déposé le bilan. Il parle couramment hébreu, se décrit comme un amoureux inconditionnel d'Israël et estime que la construction des colonies dans les territoires occupés n'a rien d'illégal : une position en rupture complète avec la ligne politique américaine qui considère les colonies comme un obstacle à la paix.

    Pour obtenir le déménagement de l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, le prochain ambassadeur va s'appuyer sur une loi américaine de 1995. Le texte autorise le déménagement mais donne le droit au président américain de le reporter dans l'intérêt de la sécurité nationale, ce que tous les présidents américains ont toujours fait.

    Comme son ami Donald Trump, enfin, il n'est pas avare en déclarations choc. En juin dans une interview accordée à un média israélien il avait comparé les membres de l'association juive américaine de gauche J Street aux juifs qui coopéraient avec les nazis pendant l'holocauste.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.