GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Steinmetz, «le roi du diamant» arrêté en Israël pour une affaire en Guinée

    media L'homme d'affaires Beny Steinmetz à Tel Aviv, en 2010. REUTERS/Stringer

    Il est la quinzième fortune d’Israël. Une fortune en grande partie établie en Afrique. Cet homme, c'est Beny Steinmetz, surnommé « le roi du diamant ». Il a d’abord marché dans les pas de son père, puis a développé l’activité de l’entreprise familiale, au point d’en faire un groupe minier, qui extrait aussi bien minerai de fer que pierres précieuses. Beny Steinmetz a fait parler de lui en début de semaine en Guinée.

    De notre correspondant à Jérusalem,

    Benny Steinmetz a été arrêté lundi 19 décembre 2016 en Israël, dans le cadre d’une enquête portant sur l’attribution de concessions minières en Guinée, à Simandou précisément, dans l’est du pays. C'est l’un des gisements de minerai de fer les plus prometteurs. BSGR, le groupe de Beny Steinmetz, y est arrivé en 2008.

    Pour 160 millions de dollars, l’homme d’affaires franco-israélien avait obtenu la concession de deux blocs. Dix-huit mois plus tard, il revendait 51 % de ses parts au groupe brésilien Vale. La transaction se conclura pour la somme de 2 milliards et demi de dollars. Un montant 30 fois supérieur à la somme d’achat par BSGR.

    Mais à son arrivée au pouvoir en 2010, le président Alpha Condé décide finalement de réviser tous les contrats miniers. Et une enquête est ouverte en Guinée sur les conditions d’attribution des deux blocs au groupe de Beny Steinmetz. En cause : des soupçons de versement de pots-de-vin à des responsables guinéens.

    Quand le FBI s'en mêle

    Petit à petit, l’enquête prend une dimension internationale. Le FBI s’en mêle. Il s’intéresse notamment à Mamadie Touré, la quatrième épouse de l’ancien président Lansana Conté, aujourd’hui installée aux Etats-Unis. Aux yeux de la police fédérale américaine, elle aurait servi d’intermédiaire pour les pots-de-vin versés à son mari. Elle est notamment soupçonnée d’avoir reçu plusieurs millions de dollars de la part de BSGR.

    Le dossier est ensuite transmis aux autorités du canton de Genève, en Suisse, où réside alors Beny Steinmetz. Son entourage dénonce une campagne « obsessionnelle » menée par Alpha Condé. Lui-même affirme que le président guinéen a « pour des raisons personnelles, arrêté les travaux » à Simandou. Il n’a, dit-il, rien à se reprocher.

    Reste que l’homme d’affaires quitte la Suisse et revient en Israël. Espère-t-il ainsi échapper à cette enquête ? Lundi, il est finalement rattrapé, arrêté puis entendu par la police israélienne. Il n’est pour l’instant pas formellement mis en examen. Mais il est en résidence surveillée pour deux semaines et ses passeports lui ont été retirés.

    Il voulait devenir diamantaire

    Beny Steinmetz est un personnage au parcours atypique. Tout jeune homme, son service militaire à peine achevé, ce fils de tailleur de diamants quitte Israël pour s’installer à Anvers, en Belgique, avec pour but de se lancer lui aussi dans le secteur : il veut devenir diamantaire.

    Son chemin le mène ensuite en Afrique : en Namibie, en Angola, au Botswana, en Sierra Leone puis dans les anciennes colonies belges et françaises. Il extrait tout d’abord des diamants puis développe ses activités : cuivre, cobalt, pétrole, gaz et minerai de fer, comme à Simandou.

    Aujourd’hui, sa fortune s’élève à 1,3 milliard d’euros, selon le magazine Forbes. Des intérêts en Afrique, donc, mais pas seulement. Beny Steinmetz en a aussi en Roumanie. Il est d’ailleurs sous le coup d’une autre procédure judiciaire dans ce pays. Le parquet anticorruption a ordonné son renvoi devant un tribunal pour « constitution d’un groupe criminel organisé, complicité de trafic d’influence et de blanchiment d’argent ».

    → À relire : L’exploitation de la mine de Simandou remise en question

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.