GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Aujourd'hui
Mercredi 24 Avril
Jeudi 25 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: Alep reprise par Damas, l'épilogue de cinq ans d'enfer

    media Dans les ruines d'Alep, après plus de cinq ans de guerre. REUTERS/Omar Sanadiki

    Le régime syrien a repris, jeudi 22 décembre, le contrôle total d'Alep, remportant là sa plus grande victoire face aux rebelles depuis le début de la guerre en 2011. La chute de la deuxième ville du pays marque un tournant important pour les belligérants sur le terrain, comme pour les puissances impliquées dans le conflit. Retour sur une longue descente aux enfers de plus de cinq ans.

    C'est dans le sillage des « printemps arabes », début 2011, que la Syrie connait ses premières manifestations hostiles au pouvoir de Bachar el-Assad. Réprimée dans la violence par les autorités, la révolte devient un soulèvement armé soutenu par la Turquie, les pays du Golfe et les Occidentaux, convaincus que Bachar el-Assad finira par tomber.

    En 2012, les rebelles s'emparent de vastes territoires syriens incluant Alep, la capitale économique de Syrie. La proximité de la Turquie offre une base arrière à l'opposition, mais cette frontière ouverte sert aussi à des milliers de combattants jihadistes venant grossir les rangs d'organisations radicales, parmi lesquelles celle qui deviendra le groupe Etat islamique.

    Des combats opposeront alors les rebelles syriens et les jihadistes de l'organisation EI, hégémoniques et ultra-violents. Puis, l'été 2013 est un tournant du conflit syrien : les Occidentaux accusent Bachar el-Assad d'avoir utilisé des armes chimiques. Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France préparent des frappes contre le régime, mais renoncent au dernier moment.

    Cet épisode renforce Damas et ses alliés russe et iranien. Sur le terrain, le Hezbollah libanais, soutenu par Téhéran, ainsi que des miliciens afghans et irakiens, prêtent main forte à l'armée gouvernementale. Et lorsque l’armée syrienne menace quand même de s'effondrer en 2015, la Russie intervient militairement.

    L'arrivée de la Russie va totalement bouleverser l'équilibre des forces en présence sur le terrain. D'autant qu'à ce moment-là, les Occidentaux ont une nouvelle priorité : la lutte contre le groupe EI, bombardé en Syrie comme en Irak par la coalition.

    L’axe Damas – Moscou – Téhéran, grand vainqueur de la bataille d’Alep

    La chute d'Alep, entérinée par le régime de Damas ce jeudi 22 décembre, va ainsi ouvrir un nouveau chapitre important du conflit syrien. Mais pour l'heure, elle n’offre pas encore une perspective de règlement politique ni de répit pour les populations.

    C'est une victoire militaire pour le régime de Bachar el-Assad et ses alliés. Depuis des années, l’axe Damas-Moscou-Téhéran n'avait plus changé de discours, qualifiant de « terroristes » tous les groupes de la rébellion et refusant de les distinguer des groupes jihadistes radicaux, comme al-Qaïda ou l'organisation Etat islamique.

    C'est à l'inverse une défaite pour les pays de la région qui soutiennent l'opposition syrienne, comme les pays du Golfe et la Turquie. Ankara a d'ailleurs progressivement changé de priorité ces derniers mois, concentrant ses efforts contre les Kurdes de Syrie. Autrefois en pointe contre Bachar el-Assad, la Turquie s'est même rapprochée de Moscou, le principal soutien du régime de Damas.

    Alep constitue également un échec pour les Occidentaux. Leurs hésitations et leurs ambiguïtés les ont réduits à l'impuissance et les déclarations indignées de Paris, Londres ou Washington, ont été couvertes par le fracas des bombes.

    Enfin, le siège d'Alep restera comme un fiasco du système international actuel. Six veto russes et cinq veto chinois ont torpillé les projets de résolution sur la Syrie au Conseil de sécurité de l'ONU. En effet, les tentatives de négociations pour une transition politique en Syrie se sont toutes heurtées à l'intransigeance du régime et de ses alliés. Sur le plan humanitaire, la communauté internationale n'est jamais parvenue à soulager les souffrances des civils d'Alep.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.