GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juillet
Samedi 22 Juillet
Dimanche 23 Juillet
Lundi 24 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juillet
Jeudi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    En Syrie, la guerre s'invite chez les archéologues

    media L'armée syrienne a repris le site antique de la ville de Palmyre au groupe Etat islamique fin mars. REUTERS/Omar Sanadiki

    En Syrie, l'archéologie aussi est un champ de bataille. Une polémique oppose les archéologues du monde entier à propos de l'opportunité de débattre en ce moment même de la reconstruction et du sauvetage des cités antiques syriennes endommagées par la guerre. Un colloque organisé à Damas les 10 et 11 décembre dernier a mis le feu aux poudres. Faute morale pour les uns, politisation de la science pour les autres.

    Fallait-il aller à Damas à la mi-décembre, serrer la main des ministres de Bachar el-Assad, alors qu'Alep agonisait dans le sang et les flammes ? Voilà la pierre que jette dans le jardin de ses collègues Annie Sartre Fauriat. Elle dénonce la présence d'une vingtaine d'archéologues invités par le ministre syrien de la Culture à débattre de l'avenir du patrimoine du pays.

    Le colloque a eu lieu le 11 décembre « au moment où l'aviation du régime et les Russes pilonnaient Alep en massacrant la population », déclare cette historienne spécialiste de la Syrie antique. « C'était totalement inopportun de faire un colloque sur la reconstruction du patrimoine dans ces conditions », juge-t-elle encore.

    « Polémique à court terme »

    Premier visé, l'archéologue Pierre Leriche, à la tête de la délégation française. Il récuse toute politisation et se réfugie derrière l'urgence de la situation. Son collègue Yves Ubelman dirige Iconem, société de modélisation en 3D des sites en péril.

    Pour lui, l'archéologie ne doit pas être otage de la politique. « Ces polémiques à court terme n'entrent pas dans notre temporalité, estime-t-il. En juin dernier, par exemple, nous avons fait une documentation grâce à des drones longue distance du site de Nimroud, en Irak. Quelques mois plus tard, la ziggourat [pyramide religieuse] de Nimroud a été rasée par l'Etat islamique ».

    En définitive, la question que pose cette polémique est simple : a-t-on le droit au nom de la protection du patrimoine d'évacuer toute considération morale ? Les valeurs humaines doivent-elles ou non primer sur le travail scientifique ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.