GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Londres s'immisce dans la querelle diplomatique entre les Etats-Unis et Israël

    media Theresa May a critiqué les propos du secrétaire d’Etat américain John Kerry sur la colonisation israélienne. REUTERS/Toby Melville/File Photo

    La Première ministre Theresa May a critiqué le secrétaire d’Etat américain John Kerry qui condamnait récemment l'extension des colonies dans les territoires palestiniens. Un processus qui mettrait en péril, selon lui, la résolution du conflit israélo-palestinien. Une réaction qui a surpris le département d’Etat américain.

    Avec notre correspondante à Londres, Marina Daras

    Les manœuvres diplomatiques ne semblent pas effrayer Theresa May, qui n'a pas hésité à réagir aux propos du secrétaire d'Etat américain John Kerry. Le porte-parole de Downing Street a en effet déclaré qu'il n'était « pas approprié » pour John Kerry d'attaquer la Constitution d'un gouvernement démocratiquement élu, surtout s'il s'agit d'un pays allié.

    Pour Theresa May, la paix entre Israël et la Palestine ne peut être négociée en se focalisant uniquement sur la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens occupés.

    La semaine dernière, le Royaume-Uni avait pourtant soutenu le vote de la résolution des Nations unies contre la colonisation israélienne.

    Un revirement de situation qui en dit long sur la stratégie du gouvernement britannique. D'après la BBC et le Daily Telegraph, Theresa May n'avait aucune raison de s'immiscer dans cette querelle. Si elle a voulu faire entendre sa voix, c'est plutôt pour se rapprocher de l'administration Trump, connue pour ses positions pro-israéliennes.

    Mais cela ne semble pas plaire à tout le monde et certains députés conservateurs disent ne pas comprendre la réaction de Downing Street. Ils ont au contraire défendu les efforts de John Kerry qui au cours des quatre dernières années a tenté d'apaiser le conflit israélo-palestinien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.