GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Février
Dimanche 19 Février
Lundi 20 Février
Mardi 21 Février
Aujourd'hui
Jeudi 23 Février
Vendredi 24 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: des groupes rebelles gèlent leur participation aux négociations

    media Un soldat du régime syrien fait le V de la victoire après la prise du quartier Al Sakhour à Alep, le 28 novembre 2016. SANA/Handout via REUTERS

    Une grande partie des rebelles syriens a décidé de quitter la table des négociations qui vont s'engager au Kazakhstan fin janvier sous l'égide de Moscou et d’Ankara, et cela, afin de protester contre la poursuite des frappes du régime.

    La menace des insurgés de se retirer du processus de négociation est intervenue après une avancée de l’armée syrienne et du Hezbollah libanais dans le fief rebelle de Wadi Barada, à 18 km au nord de Damas, rapporte notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh.

    Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), les forces gouvernementales seraient arrivées lundi soir à la source d’al-Fija, qui alimente Damas en eau potable. Quatre millions de personnes dans la capitale et ses environs sont privées d’eau depuis le 22 décembre, après la contamination de la source au diesel par les rebelles, selon le régime.

    Les rebelles, quant à eux, affirment au contraire que ce sont les bombardements du régime sur la région qui ont provoqué des dégâts tels sur les stations d'épuration que celles-ci ne peuvent plus fonctionner normalement.

    Rejet de l'accord de réconciliation

    Les groupes armés de Wadi Barada, menés par l’ex-Front al-Nosra, rejettent un accord de réconciliation, qui prévoit leur retrait de la région. Le communiqué des rebelles gelant leur participation aux négociations préparatoires est signé par une dizaine de groupes, dont certains sont proches de la Turquie.

    Ce communiqué accuse les forces gouvernementales de poursuivre leurs attaques autour de Damas et exige l’arrêt de l’offensive contre Wadi Barada, sous peine d’enflammer tous les fronts de Syrie. Mais pour le régime, la sécurisation de la source d’al-Fija est une question stratégique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.