GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Eliminatoires CAN 2021 : A domicile, la Côte d’Ivoire bat le Niger (1-0)
    • «Gilets jaunes»: 28000 manifestants en France, dont 4700 à Paris (Intérieur)
    Moyen-Orient

    Culpabilité du sergent Azaria: les Palestiniens satisfaits mais sceptiques

    media Le sergent Elor Azaria a été reconnu coupable d'homicide ce 4 janvier 2017, sa peine sera prononcée d'ici quelques semaines. REUTERS/Heidi Levine/Pool

    Le soldat franco-israélien Elor Azarya, accusé d'avoir abattu un Palestinien d’une balle dans la tête alors qu'il était à terre à Hébron en mars dernier, a été reconnu coupable d’homicide par la cour militaire israélienne ce mercredi 4 janvier, il encourt 20 ans de prison. Du côté palestinien, on salue cette décision même si les réactions sont mesurées et sceptiques.

    Avec notre correspondante à Ramallah,  Marine Vlahovic

    Assis, un livre à la main dans les vapeurs d'essence des rues embouteillées de Ramallah, Khalil a appris la condamnation du soldat Azaria il y a quelques heures.

    Malgré le caractère exceptionnel de ce jugement, c'est une évidence pour le sexagénaire : « Peu importe qu'il soit condamné maintenant par les Israéliens, il était coupable dès le début et il a déjà été condamné par le monde entier, affirme-t-il. Il a tout même tiré un sur jeune Palestinien qui gisait à terre avec l'intention de tuer ! »

    A quelques centaines de mètres devant son taxi jaune flambant neuf, Muhammad estime lui aussi que justice a été rendue au jeune Palestinien : « Oui c'est une décision importante, ce jeune ça aurait pu être mon fils, un ami ou mon frère. »

    Comme bon nombre de ses compatriotes, Fadi a suivi de près cette affaire symbolique, mais le jeune homme qui travaille dans l'humanitaire reste sceptique. « C'est peut-être quelque chose de bien oui, mais je ne veux pas attendre d'être abattu avant qu'un soldat soit condamné et soit mis en prison pour quelques semaines, quelques mois ou au maximum deux ans », se désole-t-il.

    Riyad Al-Maliki, le ministre des Affaires étrangères palestinien, a quant à lui dénoncé un procès spectacle, qui n'a pas mis en lumière la culture de l'impunité en œuvre dans l'armée israélienne.

    Une « condamnation purement symbolique »

    Du côté des organisations palestiniennes de défense des droits de l'homme, on dénonce une condamnation purement symbolique.

    Coupable mais pas totalement responsable, c'est ainsi que Shawan Jabarin résume le jugement prononcé à l'encontre du soldat israélien. Le directeur d'Al-Haq, l'une des plus anciennes organisations palestiniennes des droits de l'homme est surtout sceptique sur la peine qui devrait être prononcée dans les prochains jours. « Ils ont jugé que ce n'était pas un homicide volontaire, avec l'intention de prononcer une peine allégée… Dans cette affaire tout était clair parce qu'une caméra a tout enregistré. Mais que dire alors des centaines de Palestiniens qui ont été tués intentionnellement ? »

    Ce que l'on nomme l'Intifada des couteaux aurait coûté la vie à près de 35 Israéliens et de plus de 240 Palestiniens depuis octobre 2015. Et Al-Haq a mené une large enquête. Après avoir, consulter les dossiers, interroger des témoins directs, ou encore visionner les rares vidéos disponibles, l'organisation estime que dans 85% des cas, il s'agit d'exécutions sommaires. « Cela veut dire que les soldats ont tiré sur des Palestiniens pour les tuer alors qu'ils n'étaient pas en situation de danger », poursuit Shawan Jabarin.

    Dans un récent rapport l'ONG Human Rights Watch dénonce une politique israélienne du « tirer pour tuer ». L'organisation Al-Haq se prépare quant à elle à saisir la Cour pénale internationale prochainement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.