GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: une partie de la classe politique demande la grâce du sergent Azaria

    media Des partisans du sergent Azaria devant la cour militaire à Tel Aviv, le 4 janvier 2017. REUTERS/Amir Cohen

    Il y a eu 7 mois de procès, un mois de délibéré et au bout du compte un verdict : coupable. Une cour martiale israélienne a jugé Elor Azaria, un sergent âgé de 20 ans, responsable de la mort d'un Palestinien le 24 mars dernier dans la ville d'Hébron, en Cisjordanie. Un verdict qui était très attendu en Israël où une grande partie de l'opinion publique soutient le soldat. Selon un premier sondage, 67% des Israéliens souhaitent désormais le voir gracié. C'est le cas également d'une bonne partie de la classe politique.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Les appels à la grâce ont été relayés jusqu'au sommet de l'exécutif. Benyamin Netanyahu lui-même a dit la soutenir. « Les soldats sont nos fils et nos filles », écrit le chef du gouvernement dans un communiqué, emboîtant le pas à deux de ses ministres, figures de la droite de la droite.

    Mais cette demande trouve un écho également chez certains élus de l'opposition. Shelly Yacimovich, de la coalition de centre-gauche Union sioniste, estime ainsi que cette éventualité doit être étudiée « avec une grande attention ».

    Mais il ne revient pas aux responsables politiques de faire une telle requête, rappelle pour sa part le président Rivlin qui précise que si Elor Azaria dépose une demande de grâce, elle sera étudiée selon les règles habituelles.

    Quant au ministre de la Défense, qui, avant sa prise de fonctions, s'était affiché aux côtés d'Elor Azaria, il évoque un « jugement difficile », mais il appelle au respect de cette décision de justice et dénonce les menaces lancées au chef d'état-major. Certains l'ont mis en garde, lui rappelant le précédent Yitzhak Rabin, le Premier ministre assassiné en 1995.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.